«Sunu Gospel» : le Sénégal se réapproprie une partie de l’histoire afro-américaine et de l’esclavage (vidéo)

55

A l’instar de l’Afrique du Sud, du Nigéria, du Ghana ou autre pays, le Sénégal a depuis quelques temps son Gospel. Mais il mérite d’être boosté. C’est pourquoi un groupe de jeunes ont décidé lui consacrer un événement annuel exceptionnel désigné sous le nom de « Sunu Gospel».  Inspiré par le Jeune Marcel Maxuell Gomis, Sunu Gospel s’inscrit désormais dans l’agenda culturel annuel du Sénégal. Après la première édition, en 2017, la deuxième édition de «Sunu Gosepl» s’est tenu le samedi 07 juillet au théâtre national Daniel Sorano avec trois groupes que sont  Joyous Choir de la paroisse Saint Pierre de Baobab, Kanjele de la paroisse des Martyrs de l’Ouganda, de la chorale Saint Pierre Julien Pierre Eymard sous le thème de «Retour aux sources»

Le Gospel  qui retourne à l’évangile et au récit du nouveau testament, a été revisité pour être imprégné de nos valeurs, histoires et culture, sous le thème « retour aux sources » ce samedi soir. A la fois musique et spiritualité né dans un contexte de souffrance du peuple noir, le gospel a quitté son lieu de naissance que sont les Etats-Unis d’Amérique pour retourner ainsi à ses origines qu’est l’Afrique.  A la suite des autres pays africains principalement anglophone, le Sénégal vient de prendre le train en marche. Le Sénégal  consacre carrément à ce genre musical un événement  annuel inspiré par le jeune Maxwell Gomis.

Comme pour mieux se l’approprier, l’événement est désigné sous le vocable de  « Sunu Gospel» (Notre gospel).  Cette appellation lui va parfaitement bien parce que dans  ce Gospel sénégalais, les promoteurs ont volontairement voulu mettre en exergue des africaines et en particulier sénégalaises. C’est en ce sens que les instruments de musique traditionnels africains y ont une place de choix : il s’agit de la kora et du balafon, le xalam et le tam-tam, etc qui ont été mis en avant.

«Le Sunu Gospel est un événement qui vise à promouvoir le Gospel au Sénégal. On s’est rendu compte que ce genre musical est en expansion au Sénégal et que plusieurs chœurs naissaient sans avoir une nouvelle composition. C’est la raison pour laquelle on s’est demandé pourquoi ne pas avoir notre propre gospel à l’instar de pays comme les Etats-Unis, etc ?»,  a expliqué Maxwell Gomis, le promoteur, en marge de l’événement.

Dès l’ouverture de la soirée autour de 22h, le ton est donné avec le rythme bien imprégné de la culture africaine de la sous-région et plus particulièrement sénégalaise. Xalam, Kora, Tam-tam, et bien d’autres instruments couramment utilisés en Afrique de l’Oeust, ont accompagné les différentes prestations de Gospel. Les 3 chœurs qui ont presté le faisait tantôt  ensemble, tantôt de manière séparé et chaque fois sous les applaudissent d’un public visiblement sous le charme de ce genre musical, version Sénégal. Le pari de Sunu Gospel est réussi : la touche sénégalaise se fait bien sentir.

L’événement a été rehaussé par la présence de l’artiste et chanteur Gospel, Philippe Sylvain Coly,  par ailleurs, parrain de l’événement et qui a participé au spectacle sur scène, mais aussi de l’artiste Efosa Kings.

Ils ont tenu le public en haleine  toute la soirée, au fil de leur prestation, le tout avec des pas de danses bien maîtrisés.  La troupe théâtrale Espoir de la banlieue, avec des sketches très bien inspiré axé sur les faits de société comme l’égalité hommes femmes,  les responsabilités entre hommes et femmes dans la société ou encore la nécessité de soutenir « Sunu Gospel ». Ils ont mis de l’ambiance dans la salle de Sorano. A chacun de leur passage, ils ont   fait bouger la salle qui réagit avec un tonnerre d’applaudissements. «Sunu Gosepl»,  a aussi un but caritatif. En effet, comme l’année dernière, une bonne partie des bénéfices tirés de la vente des tickets  est destinés à des œuvres caritatives.

Cette année, les fonds sont reversés à la paroisse de Kidira, situé dans la région Tambaconda (Est du Sénégal), à quelques 15 kilomètres de la frontière malienne, et qui peine depuis 2008 à construire sa chapelle. «Ils essayent depuis près de 10 ans de construire leur chapelle. Je pense que ce coup de pouce sera important pour eux», dit Marcel Maxuell  Gomis, le promoteur.

Rappelons que le Gospel est une musique inventé par les Noirs américains qui ont trouvé en cette expression musicale, la possibilité d’exprimer leur culture et leur spiritualité alors qu’ils ont été arrachés  de force à leur terre d’origine. Donc le Gospel  est l’expression d’une partie de l’histoire de l’Afrique, de l’Amérique et même de l’Europe esclavagiste.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here