Sall régime de Macky : quand la politique de l’autruche fait loi

34

Honte et frustration sont nos ressentis quand nous voyons l’attitude de nos soi-disant élites frôler le ridicule et l’hypocrisie en fermant les yeux sur les attentes réelles du peuple sénégalais. Nous ne saurons trouver les mots adéquats pour qualifier ceux qui, au lieu de défendre l’intérêt du peuple, préfèrent fermer les yeux sur l’essentiel, juste pour avoir le privilège de vous plaire, Mister président.

Vous nous parlez de Centre de conférence, de Cité ministérielle, d’Arène nationale et aujourd’hui de Dakar Aréna. Et on sait quelle folie sera présentée demain au peuple sénégalais. Des investissements certes ont été faits, mais ceux-ci ne profitent qu’aux privilégiés. A quoi bon investir des milliards de nos francs dans un secteur qui ne peut en aucune manière susciter le développement économique du pays.

Vous ne cessez de nous parler d’infrastructures de dernière génération, monsieur le président. Mais l’écrasante majorité des du peuple sénégalais n’en a que faire. Ces infrastructures de prestige sont inadéquates et représentent une gabegie financière manifeste.

Ce n’est que du vent que vous essayez de nous vendre. Arrêtez donc de nous prendre pour des attardés mentaux. Avant de parler de développement sportif ou structurel, parlons d’abord de développement humain, de bien-être social et de la réduction de la pauvreté. Le capital social a toujours été une rampe pour l’émergence.

Vous avez donc raté le tir, Mister president. L’avant-goût que nous avons du Programme Sénégal émergent (PSE) est en déphasage par rapport aux attentes de la population.

Vous devriez plutôt retourner sur les bancs de l’école pour mieux assimiler la notion véritable de l’émergence. L’émergence d’un pays est portée a priori par des infrastructures sociales, et non structurelles.

Ce qui est déplorable, c’est que vos collaborateurs n’ont pas assez du cran pour vous dire de manière crue que la pauvreté est omniprésente dans la société. Au moment où vous «faites joujou» avec des milliards qui auraient pu servir à la construction d’hôpitaux, à la subvention de médicaments ou des denrées de première nécessité, à l’éclairage public ou à faciliter l’accès à l’eau… le bas peuple souffre sous la ferme étreinte de la précarité.

Nous ignorons si vos collaborateurs sont si incompétents au point de ne rien comprendre de ce que nous attendons de vous, ou s’ils sont aveugles au point de ne pas voir la souffrance du peuple, ou peut-être que la maladie de hypocrisie les poussent à ignorer l’évidence au profit d’une fausse réalité qui ne cautionnent que ce que vous voulez bien voir, croire ou entendre.

Dans ce pays, rien n’allait avant votre avènement et rien ne va aujourd’hui encore. Le peuple a élu un chef pour changer les choses, mais au final, on se rend compte que c’est la même sauce qui est toujours servie.

Mister president, si vous pensez que ce sont ces séries d’inauguration d’infrastructures inopportunes qui vous assurerons un 2e mandat, alors là mon vieux, vous rêvez.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here