Revue de presse du 06 juin

35

Les journaux traitent essentiellement le procès en appel du maire de Dakar, Khalifa Sall renvoyé au 09 juillet 2018.

Le Quotidien met en exergue « la bataille du temps » et informe que la défense plaide pour un renvoi en novembre, mais le juge retient le 09 juillet.
Enquête, précisant que le président de la Cour d’appel de Dakar ’’a pris la mouche, lorsque’’ Me Mbaye Sèye du pool d’avocats du maire de Dakar ’’a sous-entendu que l’Etat veut expédier l’affaire, pour des raisons politiciennes’’.

’’Guéguerre de stratégies entre la défense et l’Etat’’, pointe Walfquotidien. ’’La défense veut encore entraîner le pouvoir dans une guerre d’usure. En demandant le renvoi du procès, les avocats du maire de Dakar veulent faire en sorte que l’affaire ne puisse pas être vidée en appel et en cassation avant le dépôt des candidatures pour la présidentielle de 2019’’, croit savoir le journal.

Les avocats de Khalifa Sall, de même que ses partisans de manière générale, ont toujours fait valoir que le procès de l’édile relève d’une cabale politique visant à l’empêcher de se présenter à la prochaine présidentielle.

 Le débat politicien ne m’engage pas », affirme le juge Demba Kandji, premier président près la Cour d’Appel de Dakar, faisant dire à L’As que « Demba Kandji se fait menaçant ».

Selon M. Kandji, « qu’on ne prenne pas la Cour pour un punchingball ou un espace pour guignols ». Quoi qu’il en soit, L’Observateur renseigne que « le juge Demba Kandji renvoie Khalifa Sall au 09 juillet ».

’’L’alliance stratégique entre Idrissa Seck, Malick Gackou et Khalifa Sall, qui avait été scellée autour de la coalition +Manko Taxawu Senegaal+, n’a pu resister au choc des ambitions entre les trois leaders précités, constate le journal.
Tribune également revient sur la présidentielle 2019 et ’’la jurisprudence Wade’’ à laquelle ferait face le président Macky Sall, en allusion au fait que l’actuel locataire du palais a fait mordre la poussière à son prédécesseur en dépit des nombreux soutiens dont Abdoulaye Wade se prévalait.
’’En ralliant chaque jour à sa cause des responsables de l’opposition disparate et du cercle des dignitaires, qui lui promettent leur soutien à la présidentielle de février 2019, le président Sall oublie ou fait semblant d’oublier que son prédécesseur au palais avait regroupé en 2012, dans sa coalition, plusieurs dirigeants de partis, des marabouts, des chefs coutumiers et des soi-disant faiseurs de miracles, qui lui assureraient la victoire’’, rappelle ce journal.

« Réaménagement du calendrier scolaire-Les élèves sous hantise ! », s’exclame Sud Quotidien.

Pour une sortie de crise à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb, Nord), Walfadjri renseigne que « les étudiants posent deux préalables », à savoir l’ouverture immédiate de l’information judiciaire et le placement sous mandat de dépôt de l’auteur du coup de feu fatal à l’étudiant Fallou Sène le 15 mai dernier.

Pendant ce temps, Le Témoin constate qu’après les enseignants, les étudiants, les pharmaciens, les personnels de santé… », les moniteurs de daaras (écoles coraniques) entrent dans le niakhtou (mouvement d’humeur ».

Selon nos confrères, ces derniers réclament 1,6 milliard f cfa représentant huit mois d’arriérés  de salaire. « Après un sit-in mardi prochain, ils menacent de lâcher les talibés dans la…nature », alerte Le Témoin.


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here