Processus électoral: La Cena liste les couacs

17

La Commission électorale nationale autonome a fait le bilan de l’élection présidentielle du 24 février dernier, entachée de difficultés liées au processus électoral.

Si le scrutin présidentiel du 24 février 2019 s’est déroulé sans incident ou troubles préjudiciables à la transparence et à la sincérité des résultats, le processus électoral semble avoir été biaisé par les acteurs. D’après le rapport de la Cena, “la période préélectorale a connu des épisodes difficiles. Le dialogue politique lancé en décembre 2017 était cahoteux. Le cadre de concertation sur le processus électoral (CCPE), mis en place à cet effet, fut boycotté par une partie de l’opposition. Des accords obtenus malgré tout furent par ailleurs véhément chahutés”. L’audit du fichier électoral, la rationalisation des candidatures, avec l’introduction d’une nouvelle formule de parrainage citoyen mise en œuvre pour la première fois, et les mesures de redressement des dysfonctionnements enregistrés lors de la refonte partielle du fichier électoral, n’ont pu s’effectuer dans un large consensus », relève la Cena. À ces difficultés se sont ajoutées les menaces de perturbation du vote et, par la suite, une campagne électorale émaillée de violences. Ce qui a inquiété sérieusement les Sénégalais, mais aussi la communauté internationale. « Grâce à la maturité du peuple sénégalais et au sens élevé du dépassement de certains acteurs politiques, cette élection présidentielle du 24 février 2019 aura été un moment de respiration de notre système démocratique qui s’est bonifié dans cette dernière épreuve. Il importe, à présent, de combler, de toute urgence, le déficit de dialogue entre les acteurs du jeu politique à travers un engagement sincère », recommande la CENA. Il s’agira, entre autres, de tirer les leçons de la mise en œuvre du parrainage citoyen intégral.
Ngoya NDIAYE


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here