Ousmane Sonko braque le projecteur sur les cafards du député

38

Sonko, le trouble faite de l’Assemblée

L’inspecteur des impôts Ousmane Sonko est, sans conteste, l’élément perturbateur de cette 13è législature. Une pierre surtout dans la chaussure de Benno Bokk Yaakar.  Un grand trouble-fête. Elu de la 13è législature l’homme est déterminé  a relevé toutes les incongruités qui ont cours dans la gestion du pays, dans les institutions de la République sous le magistère du président Sall.

Ce week-end, il a encore donné un coup sec dans la fourmilière. Ousmane Sonko a révélé que le  député qu’il est  ne paye que 1500Fcfa d’impôts sur un salaire de 1.300.000Fcfa sans compter  l’indemnité du logement et les 350 litres de dotations en carburant. Pendant ce temps, un  enseignant qui perçoit un salaire de 400.000 Fcfa subit une retenue de 70 000 francs d’impôt.

Selon notre calcul, in fine, le député avec son salaire gras ne paie que 0,11% tandis que le «pauvre» enseignant avec son maigre revenu de 400.000F paie 17, 5% de taxes. Voici une injustice face à laquelle  aucun député n’a pipé mot. Un avantage accordé aux députés qui sont censés  représenter et servir le peuple.

Pour rappel, Ousmane Sonko est entré politiquement en scène avec  des révélations fracassantes  accablant le régime du président Sall dans sa gestion du pays.  L’ancien inspecteur des impôts et domaines avait, en l’occurrence, dénoncé des contrats nébuleux signés entre l’Etat du Sénégal et certaines multinationales et certains hommes d’affaires étrangers après la découverte de gisements de pétrole et de gaz.

Aussi, Sonko avait-t-il signalé  l’opacité dans  l’exploitation du zircon. La prégnance de la famille et de la belle-famille  du président dans la gestion de l’Etat ont  fait également  l’objet de dénonciation de la part de l’inspecteur des impôts.  Sonko avait même dit que l’impôt prélevé sur les salaires des députés n’était pas reversé. Pour toutes ces dénonciations, l’ancien secrétaire général du syndicat des Impôts et Domaines s’était  attiré  les foudres du pouvoir et de ses alliées.

Traqué de toutes parts, l’homme sera, dans la foulée radié de la fonction publique le 29 Août 2016 par décret présidentiel. Mais cela n’a entamé en rien son ardeur. L’ancien fonctionnaire de l’Etat n’a pas sa langue dans la poche. Son mouvement politiqué Pastef créé, il prend du galon dans l’opposition. Aux législatives de 30 juillet dernier, il réussit à se faire élire député sur la liste de la coalition « Ndawu Askan-wi ». Un chroniqueur a  eu une belle formule pour qualifier son parcours en disant que «Sonko a été limogé par le président et embauché par le peuple»

En tout cas, à travers cette révélation sur les taxes payées par un député, Ousmane Sonko met à nu une injustice. Les députés  aussi bien de l’opposition que de la majorité devraient avoir honte. En  on imagine qu’ils vont   terriblement  en vouloir à Sonko d’exposer à la face du monde  cette injustice. Un impôt de 0,11% sur un salaire aussi mirobolant !

Au vu de ce fait, C’est Ousmane Sonko qui nous parait le vrai serviteur du peuple. Il est prêt à se faire ponctionner sur son salaire l’impôt juste. Chapeau bas  pour le leader du Pastef. Il faut être d’un grand courage, c’est même un signe de patriotisme que d’oser  dénoncer un tel fait. C’est aussi un signe d’honnêteté, de foi, de désir de justice et d’équité.

Tant que les concernés aussi bien du pouvoir que de l’opposition en  jouissent tranquillement et que personne ne le saurait, il n’y avait aucun souci. Mais maintenant que c’est su, l’administration fiscale devrait prendre ses responsabilités pour faire en sorte qu’il y ait plus d’équité dans le traitement. Comment comprendre que l’enseignant qui forme l’élite de ce pays et par extension, le médecin qui  est garant de la santé des citoyens, subit une telle pression sur le salaire alors que le député lui a un traitement de faveur avec autant d’autres avantages?

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here