Médicaments saisis à Touba – L’Ordre des pharmaciens exige l’incinération des produits

26

Au total, ce sont trois cents (300) colis de produits pharmaceutiques qui ont été saisis le 11 novembre dernier par les éléments du Poste de gendarmerie de Touba Bélel, estimés à plus de 1,35 milliard de francs Cfa. Deux (2) camions remplis de médicaments contrefaits en provenance de la Guinée Conakry convoyés par un certain A. W. Diallo. Une saisie record qui n’a jamais été opérée dans le monde. Du coup, l’Ordre des pharmaciens décide de montrer au créneau.

Les pharmaciens en conférence de presse ce mercredi à Diourbel se sont constitués partie civile et ont commis des Mes Abdoulaye Babou et Kanouté pour défendre «non pas leurs intérêts, mais plutôt ceux des populations  de Touba. Il s’agit de produits non commercialisés au Sénégal qui sont des drogues destinées aux populations de la ville sainte de Touba. Cette situation est à l’origine de la flambée des maladies constatées dans ce pays qui enregistre chaque année dix mille nouveaux cas de cancer. Nous défendons une cause : c’est la santé des populations. Tant qu’il y aura des dépôts clandestins à Touba, des gens véreux feront tout pour les ravitailler», souligne Dr Ndiaye Sall, président de la section B des pharmaciens du Sénégal.

L’Ordre des pharmaciens est déterminé à aller jusqu’au bout de cette affaire. Les médicaments saisis sont actuellement entre les mains de la Douane. Les pharmaciens ont d’ailleurs exigé l’incinération publique de cette importante quantité de médicaments contrefaits saisis par la gendarmerie, pour éviter des soupçons. Parce qu’il y a eu selon eux, des cas similaires dont ils ignorent toujours la suite des médicaments saisis dans le passé. Aussi, ils veulent la criminalisation toute forme de vente hors des structures habilitées.
Aussitôt commis, l’avocat a enfilé sa toge. Me Babou a annoncé d’ailleurs l’ouverture d’une enquête criminelle.

« Les faits sont d’une extrême gravité. Aussi, dans sa plaidoirie, il révèle que le convoyeur a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Diourbel et un mandat d’arrêt a été lancé contre le propriétaire de la marchandise, qui est formellement identifié et serait réfugié au domicile de son marabout, un chef religieux très connus dont il refuse de donner l’identité. A en croire à la robe noire, il s’agit dans cette affaire d’association de malfaiteurs, contrebande, vente illicite de produits pharmaceutiques. Nous sommes en face d’un système mafieux dans ce dossier.

Les commanditaires et les propriétaires de cette drogue sont tous à Touba. Et Interpol devrait entrer en ligne dans cette affaire. Il s’agit d’un trafic international. Il faut que les autorités religieuses de Touba bougent. Cette ville ne doit pas être un sanctuaire du mal», estime Me Babou.

Source : Senego.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here