Le Sénégal veut éradiquer totalement la faim d’ici 2030

37

Eliminer la faim, améliorer la résilience et la nutrition sont l’objectif fixé par l’Etat du Sénégal à l’horizon 2030. Cette initiative du Sénégal s’inscrit dans la poursuite des objectifs de développement durable II, (ODD 2) dont les stratégies de mise en œuvre sont déclinées dans la revue stratégique nationale de l’éradication de faim, présentée cet après-midi à Dakar.

La stratégie déclinée par l’Etat du Sénégal vise la mise en place d’un système de protection sociale et d’un programme de résilience, pour les enfants et les personnes les plus vulnérables. A travers une telle initiative, « je suis convaincue que l’insécurité alimentaire peut etre éradiquer au Sénégal », s’enthousiasme Lena Savelli, représentant résident du programme alimentaire mondial (Pam). Ainsi, le programme sera mis en œuvre en janvier 2019 pour une durée de 5 ans.

Au Sénégal, le département de Matam, de Kanel, de Ranerou et de Podor représentent à ce jour, les quatre départements à risque en situation d’insécurité alimentaire, déclare Ndioro Ndiaye, ministre conseiller à la présidence. Ainsi, l’Etat du Sénégal en partenariat avec le programme alimentaire mondial (Pam) et le programme des nations unies pour le développement (Pnud), s’est fixé l’objectif de promouvoir le développement de l’agriculture durable en vue de sauver des vies et de prendre en charge les personnes les plus vulnérables.

L’agriculture, l’élevage et la pêche demeurent les secteurs cibles du programme. Sous ce rapport, le comité scientifique, sous l’égide de Ndiora Ndiaye préconise de doubler, voire multiplier la production agricole, de transformer la structure de l’industrie agro-alimentaire, et de mettre fin d’ici 2030 les diverses formes de malnutrition notamment chez les personnes vulnérables.

Une croissance agricole durable et inclusive est indispensable pour atteindre l’objectif d’éradiquer la faim. A cela s’ajoute la mise en œuvre de politiques nationales et de plans ambitieux sur la résilience, la faim et la malnutrition. Mais également des mesures de stabilisation des prix et une intervention sociale, recommande Priya Gajraj, représentant résident du Pnud.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here