Incrimination des déchets: Tivaoune et Ziguinchor, zones d’intervention

34

Le coordonnateur du projet PRODEMUD Lhyxzas Tchimboungou a soutenu hier, lors de l’atelier sur les directives techniques nationales sur les déchets dangereux, que Tivaoune et Ziguinchor sont les domaines d’intervention du projet pilote devant contribuer à la réduction des émissions des polluants organiques persistants à travers les meilleurs techniques disponibles et les meilleurs pratiques environnementales.

« L’objectif est d’échanger sur les directives nouvellement élaborées, relatives au ramassage, au tri, au recyclage et à l’élimination des déchets dangereux ménagers et industriels, sur lesquelles les acteurs publics peuvent s’appuyer pour l’élaboration de spécifications techniques, et le secteur privé pour les opérations de collecte et de déchets dangereux », a déclaré Lhyxzas Tchimboungou, coordonnateur du projet.

Selon lui, étant donné que c’est un projet pilote, donc, ils vont intervenir au niveau de Tivaoune et de Ziguinchor tout cela passe par un cadre réglementaire et des directives techniques. Et ces deux localités ont été choisies selon un certain nombre de critères. « Des études ont montrés que le mélange des déchets au niveau des décharges sauvages dans nos municipalités, constituent une source de ce polluant organique persistant non intentionnel. On retrouve par exemple des déchets biomédicaux des déchets ménagers tout ce qui est plastique et ce que font malheureusement nos populations, peut être sans le savoir on fait du brulage à l’air libre et la fumée qui s’y dégage provoque des polluants organiques persistants non intentionnels. Ce sont des substances très dangereuses et qui ont un impact négatif sur l’environnement », a-t-il fait savoir.

Mme Aïta Sarr Seck, directrice nationale du projet de son coté, de noter que les pollutions environnementales multiformes liées à des pratiques irrationnelles de gestion des déchets municipaux et dangereux ne sont plus à démontrer. Il en est de même des divers bénéfices que la société pourrait tirer en matière d’amélioration du cadre de vie et de la santé publique, si des mesures de gestion écologiquement rationnelle de ces déchets sont conçues et convenablement appliquées. « La dégradation du cadre de vie des populations et de l’environnement dues à l’absence de gestion rationnelle des déchets municipaux et dangereux, notamment ceux pouvant conduire à l’émission des polluants organiques persistants non intentionnels, sont légion », a-t-elle dit.

Pour la directrice, ce cas des pays en voie de développement est plus que préoccupant. Pour y faire face, l’opinion internationale a élaborée un certain nombre de convention dont celle de Stockholm, qui vise à protéger la santé humaine et l’environnement des dangers liés aux polluants organiques (POP) et de leurs déchets. « Le Sénégal, partie à la convention depuis sa ratification en 2003, a, au regard des dispositions de l’article 7, élaboré, soumis, puis réactualisé son plan national de mise (PNM) dans lequel, il est prévu la mise en œuvre d’un certain nombre de projets pilotes devant contribuer à la réduction des émissions des polluants organiques persistants à travers les meilleurs techniques disponibles et les meilleurs pratiques environnementales. C’est à ce titre qu’il a bénéfice du « Projet de gestion écologiquement rationnelle des déchets solides municipaux et déchets dangereux visant à réduire les émissions des polluants organiques persistants non intentionnels », a-t-elle soutenu.

Khady Thiam COLY

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here