Développement des startups: La recette du Meds

10

Le Cercle des jeunes entrepreneurs (CJE) du Mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS) a organisé, hier jeudi, la deuxième  édition du Salon des Startups. Le thème portait sur ” la Révolution économique 4.0 : les enjeux du numérique ! “

 Pour le président du Mouvement des Entreprises du Sénégal (MDES), Mbagnick Diop, les startups sont au cœur de la remise en marche de la mécanique de l’innovation. « En effet, le MEDS, conscient que nous évoluons dans un environnement économique qui évolue très rapidement, nous avons pris le pari d’accompagner et d’encadrer les « jeunes-pousses » dans le cadre du Cercle des Jeunes entrepreneurs (CJE) afin de redonner toute sa place au futur », dit le patron du MDES. À l’en croire, à l’heure où certains se réjouissent du positionnement du Sénégal en tant que hub numérique de la région, le MEDS tire la sonnette d’alarme sur la nécessité d’aller beaucoup plus loin dans ses ambitions sur l’écosystème des entreprises innovantes au Sénégal. « Certes, dans notre pays, la plupart des habitants ont un téléphone, beaucoup ont un smartphone et le Sénégal dispose d’une réseau internet de qualité, mais plus de 90% de ce qui est transporté dans nos réseaux haut débit sont produits à l’étranger. Facebook, WhatsApp, Instagram, LinkedIn, Snapchat, Periscope et bien d’autres contenus qui sont consommés par les Sénégalais dans leur quotidien, sont produits par des entreprises non sénégalaises », indique Mbagnick Diop. Il fait noter que le MEDS souhaite que le Made in Sénégal soit une réalité dans le domaine des technologies innovantes. « Ainsi, pour que le Made in Sénégal devienne réel et palpable pour tous, une pierre importante manque à notre bel édifice. Il s’agit de la mise en place d’un écosystème propice à l’éclosion des start-up», dit-il. Le Président du MDES annonce le lancement du concept Senegaltech ou Djoloftech, une initiative consacrée à l’innovation au Sénégal visant à mettre en avant les entreprises, la technologie et l’entrepreneuriat dans notre pays. « L’innovation technologique est en effet fondamentale pour la création de valeur, la croissance économique à long terme et la hausse des gains de productivité. Les start-up sénégalaises d’aujourd’hui sont, si on leur en donne les moyens, les créateurs d’emplois de demain, les piliers d’une croissance inclusive et les porteurs de notre drapeau national dans la conquête du reste de l’Afrique et du monde occidental », dit-il. Il reste convaincu que derrière chaque petite et moyenne entreprise et startup, il y a une communauté d’Hommes et de Femmes qui se battent tous les jours pour faire triompher un rêve, une idée, une envie, un projet. « Parce qu’en entrepreneur il y’a de l’audace, de l’imagination, du risque, savoir écouter, croire en l’avenir, ne pas craindre l’échec, mais aussi savoir se relever, se remettre en cause, repartir, avancer », tient-il à préciser.

Ngoya NDIAYE

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here