Chérif assène 4 coups de couteau mortels à son ami

51

Décrit par son père comme étant une bête qui cherche toujours à faire du mal, Chérif Mouhamed Aïdara a comparu, hier, devant la chambre criminelle de Dakar. Il est poursuivi pour assassinat et détention d’arme sans autorisation administrative. Il risque 20 ans de travaux forcés.

 Il ressort des débats d’audience que  le 22 aout 2013, l’accusé Cherif Aïdara, accompagné de sa petite amie, est allé au domicile du défunt, Pape Ndong, à son insu. Il s’est dirigé vers la chambre de ce dernier dont la mère, ayant constaté les faits, leur a intimé l’ordre à Cherif de sortir, au motif que sa maison n’est pas un lieu de débauche. À la descente de son fils, la maman lui a raconté ce qu’il s’était passé. Outrée par les remontrances de sa maman, la victime est allée voir son ami Chérif. Il lui a dit qu’il ne pouvait admettre qu’il entre dans sa chambre avec sa copine à son insu. Le 23 août, c’est-à-dire, le lendemain, la victime est allée encore voir l’accusé pour lui faire des remontrances et, en ce moment, ce dernier était avec sa copine. Il y eut une première altercation et ils ont été séparés. Ne pouvant pas contenir sa colère, Chérif est directement allé à la cuisine prendre un couteau et administrer des coups à Pape Ndong. Lorsque le mis en cause est rentré chez lui, il a été aperçu par son jeune frère Traoré qui a informé leur père en lui disant: « j’ai vu mon frère regagner le domicile familial avec un couteau tacheté de sang ». Son père lui a intimé l’ordre de sortir dans la rue pour s’enquérir de la situation. Une fois dehors, on lui a expliqué qu’il y avait une altercation entre les deux amis. Pendant ce temps, la victime a été transportée à l’hôpital par son père où elle a reçu les premiers soins. Une fois à la maison, son père a constaté que son fils n’allait pas bien et il l’a amené encore à l’hôpital. Dans la nuit du 23 au 24 août, la victime avait rendu l’âme.

À 4 heures du matin, le meurtrier s’étant rendu compte de la gravité des faits, a pris la poudre d’escampette. Il s’est rendu à Pikine chez sa grand-mère et ayant trouvé que les membres de cette famille étaient déjà couchés, il s’est mis à errer dans la rue. C’est dans ces circonstances qu’il a rencontré un ami qui lui a dit qu’il se rendait au Cinéma de Pikine. En compagnie de ce dernier, ils s’y sont allés et, malheureusement pour lui, il y a eu une descente policière et il a été soumis à un contrôle. Faute de pièce d’identité, il a été conduit au commissariat de Thiaroye où les policiers informèrent leurs collègues de Guédiawaye qui étaient à ses trousses. Ivrogne, le mis en cause a une fois fait la prison pour des délits de vol commis la nuit en réunion et détention de chanvre indien. A la barre de la chambre criminelle, hier pour assassinat, il a nié les faits qui lui sont reprochés. A l’en croire, il y avait une bagarre entre lui et la victime et que c’est la victime qui est allée vers l’arme qu’il possédait. Selon lui, son intention n’a été guère de tuer son ami. Entendus, le père de la victime et son ex petite amie ont regretté ce qu’il s’est passé. Le premier nommé n’a rien demandé à titre de dommages et intérêts. En revanche, la femme de la victime, Seynabou Diallo, a demandé 4 millions là où Mame Binetou Mbaye, une femme avec qui le défunt avait un enfant hors mariage, a réclamé 5 millions. Pour sa part, le maître des poursuites a soutenu que la culpabilité du mis en cause est établie. Sur ce, il a demandé à la chambrede le déclarer coupable et de le condamner à 20 ans de travaux forcés. La défense, représentée par Me Ndèye Fatou Sarr, a déclaré que son client n’avait nullement l’intention de donner la mort. Et ce qui est constant dans cette affaire, c’est qu’il y a eu bagarre. Toutefois, elle a sollicité de la chambre de disqualifier les faits en coup mortel et de lui faire une application bienveillante de la loi. Pour la détention d’arme sans autorisation administrative, la défense a plaidé l’acquittement. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 17 juillet prochain.

Cheikh Moussa SARR

 

 

 

 

 

 

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here