Can 2019 : Bénin Vs.Sénégal : les Écureuils froidement douchés, mais pas coulés

25

Can 2019 : Bénin Vs.Sénégal : les Écureuils froidement douchés, mais pas coulés
Can 2019 : Bénin Vs.Sénégal : les Écureuils froidement douchés, mais pas coulés

 Fin de parcours sans goût amer. Ils auront tout donné, mais les dieux du football n’étaient pas avec eux.  L’Écureuils du Bénin ne sont plus dans l’aventure de la CAN. Leur ascension fulgurante a été stoppée net, ce mercredi 10 juillet 2019, par Les Lions de la Téranga. C’est nonobstant une sortie honorable qu’effectue le Onze nationale du Bénin, qui aura fait rêver son pays, donné des sensations fortes aux concitoyens, provoqué une poussée d’adrénaline. Pour Les Lions du Sénégal, c’était un peu la délivrance, hier. Presque un accouchement par césarienne attendu que les Écureuils ont  été résistants jusqu’au bout. Bon vent aux Lions du Sénégal pour la suite.

Quoiqu’éliminés, les protégés de Michel Dussuyer n’ont pas à se faire du mauvais sang car ils auront tout donné. Leur parcours à cette Coupe d’Afrique des Nations (Can 2019) a été une participation qualitative. En toute chose, l’expérience est formatrice. Un adage dit que l’échec est une réussite différée. C’est donc à cette future réussite que prépare cet échec des Écureuils face aux Lions du Sénégal.

En effet, Stéphane Sessegnon et ses coéquipiers ont acquis une bonne expérience pour s’être confrontés à des mastodontes du ballon rond. Confrontations aux cours desquelles, ils n’ont pas manqué de donner du fil à retordre à leurs différents adversaires. Cela bétonne littéralement et remarquablement leur CV en tant qu’équipe.

Se construire une carapace

Avoir réussi, en effet, à tenir tête à l’équipe du Ghana (2 buts partout), du Cameroun (0-0), gagné face au Maroc (4 buts à 1 aux tirs au but (8è de finale), avant de succomber à l’assaut des Lions du Sénégal par un score de 1-0, en leur défaveur, ça forge et ça forme.  «On a rencontré le Ghana. On a rencontré le Cameroun. On a rencontré le Maroc. On a rencontré le Sénégal. Ce sont quasiment les meilleures équipes du continent», s’est consolé Michel Dussuyer, malgré quelques regrets.

D’ailleurs, ce score apparaît, dans une certaine mesure, comme un accouchement par césarienne. Puisque ce n’est qu’à la soixante- dixième minute que Les Lions auront réussi l’exploit à la deuxième mi-temps. Et ce, bien qu’ils aient clairement dominé le jeu sur les plans aussi bien tactique et technique.

Tous les consultants, experts du ballon rond et journalistes sportifs du sont unanimes pour dire que Les Écureuils du Bénin ont été durs à cuire dans cette compétition continentale. «C’était un match où on a espéré tout le temps. On voulait tenir le score le plus longtemps possible pour mettre le doute dans la tête de cette équipe du Sénégal. On y est presqu’arrivé. Mais il nous a manqué un peu de temps. Par rapport à la concertation, on savait qu’on ne peut pas se relâcher à aucun moment. Parce qu’il y a tellement de talents en face, des joueurs qui sont capables de faire la différence », a concédé le coach français des Écureuils. Son compatriote Claude Le Roy, qui connaît bien le football africain, pour avoir été sélectionneur de grandes équipes du continent, (Maroc, Égypte, Nigeria, Cameroun), a particulièrement salué le parcours et la bravoure des Écureuils sur Canal+.

 Le peuple tolérant face à son équipe

Pour Les Écureuils en tout cas, Il s’est produit quelque chose dans le football béninois. Même s’ils eurent voulu aller plus loin. Ils ont déjà fait sensation pour ce qui a été accompli. Que ce soit à Cotonou (capitale économique) comme à Porto Novo (capitale politique), on fait une tête d’enterrement. Mais comme nous l’écrivions dans un article précédent, sur SeneNews, le peuple ne leur en tiendra pas particulièrement rigueur.

«Personne ne les critique. Au contraire tout le monde les félicite pour l’effort. C’est vrai que certains jeunes qui ont suivi le match, auraient voulu que l’occasion raté par Michael Poté fût concrétisée. Mais ce ne fût pas le cas» a  réagi Robert Houngbo, un journaliste à Cotonou. On reste positif et compréhensif. A son avis quiconque tente de « critiquer », « vilipender» les Écureuils, n’aurait pas d’argument à faire valoir et à juste titre. «Depuis que le Bénin est Bénin combien de fois nous avons atteint ce niveau», s’interroge notre interlocuteur. Ce n’est pas pour autant que les gens ne sont pas déçus et abattus. Tout ce qui est attendu des Écureuils, c’est qu’il puisse revoir leur jeu et s’améliorer à leur retour. Et très certainement la prochaine Can ils iront encore plus loin, voire ramener le trophée au pays. Froidement douchés, Les Écureuils gardent la tête haute, les réalités du pays vont reprendre leur place.  Le sport roi a la magie de faire détonner les problèmes réels et de mettre du boom au coeur des gens.

Avec ce parcours, très certainement le coach français gardera encore son poste, malgré le fiasco des Écureuils. Parce qu’ensemble, ils ont fait rêver le peuple. Ils en sont bien conscients. «Au final, le bilan est largement positif. Je pense qu’on avait à cœur de rendre fier les Béninois et je pense qu’ils le sont. Ce fut une belle CAN. Parce qu’on ne s’attendait pas à aller jusqu’à ce niveau. Mais bon, on a quand même montré beaucoup de valeurs. Maintenant, on peut rentrer la tête haute, on peut être fiers de ce qu’on a fait aujourd’hui », a estimé Michel Dussuyer. 

Par Noël SAMBOU

Vidéo à la Une sur SeneNews Replay

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here