BTP: Plus de 1100 jeunes dans le marché du travail

18

Plus de 1100 jeunes, formés dans les métiers du Bâtiment et des Travaux publics (BTP), ont reçu leurs attestations à l’issue des premières sessions de formation. C’est dans le cadre du programme de modernisation des villes du Sénégal, financé par le Gouvernement du Sénégal, initié avec l’appui de la Banque africaine de Développement.

« C’est avec une offre de formation professionnelle mieux orientée vers les besoins du marché du travail que nous renforcerons l’employabilité de notre jeunesse ainsi que la compétitivité de performance de notre économie ». Ces propos sont du Premier ministre Mouhammad Boun Abdallah Dionne, tenus lors la cérémonie officielle de remise des attestations aux jeunes dans les métiers du BTP.  Il s’agit de la Technique de pose de pavés, la Voirie e entretien routier, l’Aide topographe, l’Aide laborantin géotechnique,  la Conduite d’engins de TP, l’Eclairage public et solaire, le Carrelage,  la Plomberie, la Maçonnerie, le Béton armé et l’Electricité. D’après le PM, le système de formation professionnelle absorbait à peine 5% des générations avant l’élection de Macke Sall en 2012, et les 95% étaient dans l’enseignement général. Cela ne développe pas un pays. « Aujourd’hui, avec les efforts du PSE, nous nous situons autour de 15%. L’objectif fixé par le Chef de l’Etat, c’est qu’on puisse arriver  à 30% par génération de jeunes qui subissent des formations professionnelles et non de l’enseignement général. C’est de cela qu’on a besoin pour promouvoir la transformation structurelle de notre économie », a-t-il soutenu. S’adressant aux récipiendaires, M. Dionne a laissé entendre : « Vous êtes les premiers à être formés. Notre objectif n’est pas les 1100 jeunes, mais l’initiative majeure du Président de la République sur le PSE-Jeunesse horizon 2035, c’est  d’avoir une capacité de formation de 100.000 jeunes ». A l’en croire, 70% d’entre les récipiendaires bénéficieront d’une formation en entreprenariat. Sur ce, il a invité ces derniers à prendre conscience  des outils dont ils disposent pour voler demain de leur propres ailes  et saisir les nombreuses opportunités d’affaires dans leurs localités d’intervention.

 

Le secteur privé exhorté à faciliter l’insertion de ces jeunes

Pour ceux qui seront tentés par l’entreprenariat, a-t-il poursuit, la DER les accompagnera. A cette occasion, le PM a demandé aux  jeunes d’oser car l’avenir appartient à ceux qui osent. « J’exhorte le secteur privé à faciliter l’insertion de ces jeunes en privilégiant la main-d’œuvre locale afin de réduire l’exode vers les grandes villes ».   Pour Abdoulaye Daouda Diallo, Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, cette manifestation entre dans le cadre du projet  promovilles.  Selon lui,  il  faut  former les jeunes de plus en plus parce qu’on va vers des chantiers d’envergure. Pour cela, il faut qu’on puisse avoir une  main-d’œuvre  qui puisse répondre à cette demande de travail de ces grandes  entreprises. « Il est important de noter que pour cette formation, nous avons misé sur l’auto-emploi. Nous avons demandé aux jeunes  d’être en équipe avec divers métiers pour pouvoir avoir une offre qui pourrait répondre à la construction des ouvrages », a souligné le ministre. Et d’ajouter que les entreprises ne pourront pas prendre  tout le monde. C’est pour cela il a été fortement recommandé aux  jeunes de travailler à la création des emplois.

 

L’interrogation des lauréats sur leur avenir

« Est-ce que ceci servira à quelque chose ? Est-ce une stratégie  politique ? Est-ce qu’on ne devra pas se fier à quelque chose ? »,  Ce sont autant d’interrogations que se posent les jeunes, d’après Ngouda Niang, représentant des lauréats. « Nous souhaitons encore l’accompagnement de votre Gouvernement pour des emplois  durables » a-t-il lancé au PM entouré du ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, du représentant de  la BAD, du Directeur général d’Ageroute et de Talla Sylla, représentant des maires. «  Nous invitons également nos maires de villes et de communes à croire en nos compétences et nous faciliter l’accès à l’emploi. Quant au secteur privé, il reste à jouer votre  partition en nous ouvrant vos entreprises pour pouvoir exercer nos métiers », a-t-il conclu. Pour rappel, la formation aux modules des métiers du BTP est destinée aux jeunes de 13 collectivités  territoriales, à savoir Keur Massar, Yeumbeul Nord, Guédiawaye, Thiès, Mbour, Kaolack, Diourbel, Louga, Saint-Louis, Matam, Tambacounda, Kolda et Ziguinchor. Le cout prévisionnel du programme est de 280 milliards de FCFA sur la période 2015-2025.

 

Zachari BADJI

 

 

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here