Bombe écologique: Près de 100.000 tonnes de déchets plastiques  par an

58

99 700 tonnes de déchets plastiques sont jetées dans les rues de Dakar par an, soit 1 500 tonnes de déchets solides urbains produits par jour.

 

Dakar est assise sur une véritable bombe écologique. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable (Medd), Mame Thierno Dieng a relevé, hier, lors de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement (JME), que la région de Dakar produit 99 700 tonnes de déchets plastiques par an. En moyenne 1500 tonnes de déchets solides sont collectés par jour, à Dakar. On note également une augmentation relative de près de 15% de déchets plastiques en 15 ans, due à notre nouveau mode de consommation», a souligné le ministre.  La ville sainte abritait la célébration de l’événement qui portait cette année sur le thème «combattre la pollution plastique. Toujours est-il que selon Mame Thierno Dieng, en adoptant ce thème, la communauté internationale met en exergue le fléau que représente la prolifération des déchets plastiques sous toutes ses formes et dans tous les milieux et rappelle l’exigence de réduire cette pollution à grande échelle. «Une estimation indique qu’à l’heure actuelle 1.800 milliards de déchets plastiques polluent les océans, et ce nombre ne cesse d’augmenter », a-t-il dit.

5 millions de sachets plastiques  par jour

Au niveau national, ce sont en moyenne 5 millions de sachets plastiques qui sont utilisés chaque jour par les ménages sénégalais. C’est ce qui ressort des propos de la présidente du Conseil départemental de Tivaouane, Seynabou Gaye Touré à l’occasion de la célébration, ce mardi à Tivaouane, de la journée mondiale de l’Environnement, par le ministère de l’Environnement et du développement durable, en partenariat avec l’Union européenne. Le stock de déchets plastiques existant dans la nature au Sénégal est d’environ 70 000 tonnes. Il est inégalement réparti à travers le pays en fonction du poids démographique et des habitudes de consommation. Aujourd’hui dans la quasi-totalité de nos villes et villages les dépôts sauvages d’ordures se démultiplient et détériorent l’environnement annihilant les efforts consentis par l’Etat et les collectivités locales à travers la mise en oeuvre de programmes de gestion des déchets financé exclusivement par l’Etat du Sénégal est un exemple illustratif.

Par ailleurs, il faut noter, dit-il, l’absence d’informations et données précises au niveau national sur la nature, la quantité des déchets produits par jour ou par année. A cela s’ajoute la grande diversité des rejets constitués de plastique, de déchets informatiques, de piles, de déchets biomédicaux, d’huiles usagés et autres déchets chimiques.

 

  1. BA

 

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here