Aujourd’hui 29 mai 1926 : Naissance de l’ancien président, Maître Abdoulaye Wade

29

Aujourd’hui 29 mai 1926 : Naissance de l’ancien président, Maître Abdoulaye Wade
Abdoulaye Wade

Intellectuel et homme politique de renom, l’ancien président de la République a eu une vie amplement riche en évènements. Même si sa vie d’opposant n’a pas été un long fleuve tranquille, le natif de Kébémer n’a cessé de montrer son courage et sa détermination dans sa carrière de politicien. Son accession au pouvoir en 2000 a été pour l’avocat et le peuple une opportunité de rêver d’une nouvelle ère ; ce qui ne manqua pas d’arriver de par son génie.

Les nombreuses années passées dans l’opposition, d’abord face au président Senghor puis face à Abdou Diouf, ont révélé par-dessus tout le courage sans limite du chef libéral. Fin stratège, Maitre Wade usera de son intelligence pour créer un « parti de contribution » le 31 juillet 1974, au moment où le multipartisme intégral n’avait pas encore vu jour. C’est ainsi que la formation politique de l’intellectuel « le plus diplômé du Cap au Caire » selon ses partisans, a pu obtenir légalement son récépissé pour pouvoir faire une offre politique différente de celle connue jusque-là.

La trajectoire du théoricien du « sopi » (changement) force le respect et l’admiration. En effet, la détermination et la patience de toujours aller aux élections malgré un système électoral verrouillé sous le régime socialiste en ont convaincu plus d’un sur les qualités hautement salutaires de l’homme. Les différents revers subis (parfois injustement) des échéances présidentielles de 1978, 1983, 1988 et 1993 ont assagi l’avocat et économiste et lui ont donné davantage de raisons de se battre. D’ailleurs c’est à cause de son sens du combat qu’il a plusieurs fois séjourné en prison notamment après les élections de 1988 et 1993. Mais sa patience finira par payer.

Président, Maitre Wade a pu réaliser un pan du rêve de Senghor consistant à transformer Dakar à l’image de Paris à l’horizon de l’an 2000. Son bilan sur le plan des infrastructures compris entre routes, autoroutes et même les « sept merveilles » de Dakar est plus qu’élogieux. Là où Maitre a été mal inspiré par contre c’est la construction et la consolidation de l’Etat de droit dans lequel la justice devrait être un maillon fort au service de tous et de façon équitable. A côté de la catastrophe du naufrage du bateau « Le Joola » survenue le 26 septembre 2002, l’affaissement de l’Etat de droit constitue le plus grand passif du régime Wade pendant les 12 ans de règne. La générosité du patriarche a réussi à créer des politiciens milliardaires pendant que l’économie du pays plongeait dans des eaux troubles. D’ailleurs c’est la frustration politico-économique, avec les phénomènes d’émeutes de la faim et d’émeutes d’électricité, qui va conduire aux évènements du 23 juin 2011, date du début de la chute du président Wade.

Agé de 93 ans aujourd’hui, l’ancien président est redevenu opposant avec la même hargne et le même jusqu’au-boutiste d’avant 2000. Une colère vengeresse l’oppose au président Macky Sall qu’il a pourtant formé, forgé et élevé en lui ayant confié des postes hautement stratégiques de ses différents gouvernements. La seule différence est que cette fois-ci, il ne s’agit pas forcément d’une envie de gagner le pouvoir et de diriger mais plutôt de créer au nom du fils un boulevard qui mènera au Palais Roume. La situation actuelle du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui vole en lambeaux est née de cette envie destructrice et permanente de mettre vaille que vaille le fils à la place du père. Après 45 ans d’existence, le Pds meurt aujourd’hui d’une mort lente mais atroce car les identités remarquables les plus fidèles qui entouraient Gorgui ont toutes ou presque quitté le navire.

Vidéo à la Une sur SeneNews Replay

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here