Safiatou Thiam : « nous pouvons définitivement vaincre le sida »

44

La secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le sida (CNLS), docteur Safiatou Thiam a indiqué, mercredi à Dakar, que le « rêve est permis », après tant d’années de lutte contre le sida, de « vaincre » et d’ »éliminer définitivement » la maladie.
« Le traitement du Vih peut être accessible à tous, le rêve se transforme peu à peu en réalité et nous savons aujourd’hui que nous pouvons vaincre le sida, éliminer cette pandémie pour qu’elle ne soit plus un problème de santé publique » a-t-elle notamment dit.
Elle a partagé cette possibilité à la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida au cours de laquelle, le CNLS a lancé le compte à rebours pour la fin de l’épidémie du Sida en 2030. Le thème retenu cette année est « Droit à la santé ».
Selon elle, la Journée mondiale du Sida rappelle l’importance « de notre combat » et « notre devoir de solidarité », précisant que le Sénégal a réalisé des avancées significatives dans la lutte contre le Vih.
« La prévalence du Vih au sein de la population générale a baissé » a-t-elle fait savoir, indiquant qu’elle est « de 0,5% même si dans les groupes clés, la prévalence reste élevée ».
De même souligne la secrétaire exécutive du CNLS, « le ciblage est renforcé et les nouvelles infections ont diminué de 50% et le nombre d’adultes mis sous antirétroviraux (ARV) a augmenté passant de 137 en 2001 à 19943 en 2016 ».
Le docteur Safiatou Thiam s’est réjouie du passage effectif à l’échelle du traitement ARV partout dans le pays et de la diminution de moitié du nombre de décès liés au sida.

« Un nouveau plan stratégique 2018-2022 de 4ème génération avec la vision de mettre fin à l’épidémie du sida est en cours de validation » a-t-elle confié, rappelant qu’aujourd’hui, « 20,9 millions de personnes sont sous traitement ARV sur les 36,7 millions de personnes qui vivent avec le Vih dans le monde ».

« Nous pouvons objectivement être au rendez-vous de 2030 et en finir avec l’épidémie du sida » a encore dit l’ancienne ministre de la Santé du Sénégal, relevant que, pour y arriver, « il faut tester et mettre sous traitement antirétroviral toutes les personnes séropositives et rompre ainsi la chaîne de transmission ».

Source : Senego.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here