Sa jeunesse, son humilité : Sadio Mané se dévoile

5

A la veille du choc contre le PSG en Ligue des champions, l’ailier de Liverpool, Sadio Mané, a accepté de se dévoiler côté privé dans les colonnes de L’Equipe.

 Aussi virevoltant sur le terrain que discret en dehors, Sadio Mané (26 ans) constitue un drôle de paradoxe. Peu bavard sur sa vie privée, l’ailier de Liverpool a accepté de se confier ce mardi dans les colonnes de L’Equipe, à la veille du choc face au PSG mercredi en Ligue des champions.

« Je n’aime pas être sur le devant de la scène. Je crois qu’il faut accepter les gens comme ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts. Je n’ai pas un énorme ego. (…) Ça ne m’empêche pas d’être très ambitieux. J’ai compris que, pour atteindre le haut niveau, il faut sacrifier beaucoup de choses et être pointilleux sur tout ce qui concerne la nourriture, le repos, la discipline« , a commencé par affirmer Mané. Le secret de son humilité, le Lion de la Teranga le puise dans ses racines au pays.

Mané n’oublie pas ses racines

« Je viens d’un petit village (Bambali, au sud du Sénégal). Mon père était l’imam du village et il est mort quand j’avais onze ans, j’ai été ensuite élevé par ma mère, mon oncle et ma grand-mère« , a raconté le Red. « Dans ma jeunesse, j’allais travailler dans des champs où on cultive du riz et de l’arachide. Et je continue de le faire quand j’y retourne chaque été… Au village, l’humilité est une valeur importante : on ne se la raconte pas et on écoute les anciens quand ils parlent, c’est comme ça. »

Loin d’oublier ses origines, Mané a déboursé 150 millions de francs CFA (environ 230 000 €) pour financer la construction d’une école à Bambali. « C’est un projet qui me tient à cœur. La construction a démarré cet été et toutes les deux semaines, je reçois des photos qui me montrent l’avancement des travaux. D’ici un mois, il sera fini, j’espère« , a expliqué l’ancien pensionnaire de Génération Foot. « Vous savez, en Afrique, les gouvernements oublient souvent les villages. Quand je vivais à Bambali, je n’avais qu’une obsession, partir à Dakar pour devenir footballeur professionnel. Maintenant, j’ai envie que les adolescents qui grandissent à Bambali veuillent y rester. »

 

L’anecdote dans la mosquée

Récemment, le finaliste malheureux de la dernière Ligue des champions a également fait parler de lui dans une vidéo où on le voit laver les toilettes d’une mosquée à Liverpool. Un épisode sur lequel est revenu l’ancien Messin : « Je suis musulman, je prie cinq fois par jour et, dès que je peux, je le fais à la mosquée. Une fois je m’y suis rendu, et, là-bas, j’ai retrouvé un très bon ami, un Ghanéen. Je l’ai invité à boire un thé à la maison après la prière et il m’a dit : ’Non je dois travailler, je dois laver les toilettes de la mosquée.’ Je lui ai répondu qu’on allait le faire ensemble. Sur le moment quelqu’un nous a filmés et je lui ai demandé de ne pas mettre en ligne cette vidéo. Il m’a juré qu’il ne le ferait pas et, le lendemain, c’était sur Internet (il soupire). Bon, ce n’est pas très grave… » Sur beaucoup de points, Mané rappelle finalement un autre joueur très apprécié du public, un certain N’Golo Kanté !

Afrik-foot

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here