Rufisque: Un homme marié viole une étudiante dans une maison en construction

17

Attrait à la barre pour les faits de viol, Sourang risque gros. Il a comparu, avant-hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour avoir violé une étudiante en lettres modernes dans une maison en construction. Le délibéré sera connu le 31 décembre prochain.

Marié et maçon de son état, le sieur Sourang a comparu, avant-hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour les faits de viol. Les faits se sont déroulés au courant du mois d’octobre dernier. Selon la plaignante, par ailleurs étudiante en deuxième année de formation en lettres modernes à l’Ucad, elle est sortie chez elle vers les coups de 20 heures pour aller acheter du crédit. Elle a fait trois boutiques en vain. C’est ainsi qu’elle a décidé d’aller au garage pour acheter du crédit avant de se rendre dans une boutique de vente de produits cosmétiques. Après avoir fini ses achats, la fille a été interceptée par deux personnes alors qu’elle rentrait tranquillement chez elle. « Je dois dire qu’ils étaient tous les deux ivres. Sous le coup de la peur, Sourang m’a intimé l’ordre de le suivre à bord de son Jakarta, sans quoi il allait me mettre en rapport avec son acolyte qui était plutôt agressif. J’ai voulu donc négocier pour qu’il me laisse rentrer calmement, en vain. Pis, il m’a fauchée puis m’a contraint à montrer sur sa moto Jakarta. Il m’a amenée dans une maison en construction », a-t-elle confié aux juges. Elle enchaîne : « à force de vouloir me pénétrer, il a fini par éjaculer sur moi. C’est sur ces entrefaites que l’autre est venu pour tenter, à son tour, de coucher avec moi. Cependant, Sourang ne voulait pas que son ami monte sur moi. Ainsi, ce dernier m’a proposé de lui faire une fellation ». Toujours à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, la plaignante a dit avoir constaté l’absence de ses règles. Elle est partie à l’hôpital pour faire une visite et le médecin lui a fait savoir qu’elle était enceinte. L’homme de l’art a fait état d’une grossesse de six semaines, des égratignures sur les fesses et les bras.

Prévenu : « quand j’ai essayé de la pénétrer seul le gland de mon pénis est entré »

Interrogé à son tour, le mis en cause a reconnu partiellement les faits. « Je l’ai trouvée sur les lieux avec un autre  garçon âgé de 22 ans. Et si j’ai eu l’audace de l’aborder, c’est parce que je ai vu que sa tête était rasée. Je l’ai prise pour une belle de nuit. Mais à ma grande surprise, une fois arrivés dans la maison inachevée, j’ai constaté qu’elle était vierge. Quand j’ai essayé de la pénétrer, seul le gland de mon pénis est entré. Je dois aussi préciser qu’elle était consentante au moment des faits », a confié le prévenu au tribunal. Sur une question de savoir est-ce qu’il reconnait la paternité de l’enfant, il a rétorqué : « j’ai enlevé ses habits qui nous servaient de drap. Après avoir fini cette relation intime, on a échangé de numéro. Je lui ai même proposé de devenir ma deuxième femme. En le disant, j’étais vraiment sérieux, mais maintenant, je ne veux plus l’épouser. Toutefois, j’accepte la paternité de l’enfant parce que quand on a fait le test de grossesse, ça a coïncidé avec le jour où on a fait l’amour ensemble ». Malgré la gravité des faits, le maître des poursuites a requis l’application de la loi. Pour sa part, la défense a plaidé pour la relaxe pure et simple. Selon la robe noire, la partie civile, en plus d’être majeure, est une intellectuelle. « Quand on veut voler à une femme ce qu’elle a de plus cher, c’est-à-dire sa virginité, elle se défend. Ici, aucun geste n’a été manifesté pour montrer qu’elle n’était pas d’accord. C’est des relations sexuelles consenties, alors il n’y a pas de viol », a dit l’avocat, selon qui, n’eut été l’intervention de son papa qui a constaté du sable dans ses cheveux, la plainte n’aurait pas eu lieu. En tout état de cause, l’affaire a été mise en cause pour jugement devant être rendu le 31 décembre prochain.

 

Cheikh Moussa SARR


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here