Pr Mactar Kamara : « l’Afrique est un banc d’essai pour des expérimentations hasardeuses »

46

« L’Afrique est devenue le champ d’expérimentation de la politique de défense européenne », déclare le professeur Mactar Kamara, spécialiste en droit public international. Une affirmation faite lors de la table ronde sur la politique européenne de défense et de sécurité en Afrique subsaharienne, tenue cet après-midi à Dakar.

« L’Afrique est un banc d’essai pour des expérimentations hasardeuses. Tant qu’il n’y a pas de volonté politique sincère, l’Afrique subsaharienne ne sera jamais en mesure de prendre en charge ses enjeux de sécurité et sera toujours en remorque des forces de l’Union européenne », fustige M. Kamara. Car lorsqu’il a fallu lancer la première intervention militaire européenne digne de ce nom, explique-t-il, c’est le continent africain qui est la terre d’essai.

De l’avis du professeur Kamara, l’opération Artémis en 2003 dans l’Iturie, à la République démocratique du Congo, représente la première intervention de l’Europe sur le territoire africain. Cette intervention peut etre comprise comme une expérimentation de la capacité d’intervention des forces européennes après la tragédie de la Yougoslavie due à une incapacité des pays européens d’aboutir à une résolution rapide du conflit.

Sa mise en œuvre est motivée par « un vide sécuritaire et l’incapacité défensive de l’Union africaine ». Mais également, par « la volonté de l’Europe de montrer sa rapide capacité  d’intervenir hors de la bannière de l’Otan ». Et en fin par la volonté « d’impliquer les Européens dans les crises africaines ».

Mais, malgré cette motivation de l’Europe, « cette politique européenne de sécurité et de défense ne saurait sortir l’Afrique des crises », constate Mactar Kamara.

D’abord par le fait que cette politique sécuritaire est largement décriée par la société civile africaine et européenne qui la qualifie de « colonialiste ».

Ensuite par l’ambiguïté qui existe entre la politique européenne de défense et la politique africaine de la France.

Et enfin par le fait que la politique européenne de défense et de sécurité en Afrique subsaharienne n’est rien d’autre qu’une alternative à l’absence d’une politique de défense Africaine, explique Mactar Kamara.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here