Pétrole et Gaz: La communication présidentielle mise en mal par une Société civile ‘’démackyllée’’

6

Dans l’axe stratégique de la riposte de la communication présidentielle sur la situation du pétrole, la ‘’politisation’’ de l’affaire par l’opposition figure en bonne place.

Macky et ses ouailles mettent souvent en avant, pour ne pas dire toujours, le fait que les Thierno Alassane Sall, Abdoul Mbaye, Ousmane Sonko, Mamadou Lamine Diallo et autres, ne font rien d’autre que la récupération politique.

Dans tous les discours-ripostes, cet axe sert de viatique. Et dans cette dynamique, Mbaye Ndiaye a même parlé de ‘’fake news’’ en qualifiant le reportage de la BBC. La journaliste aurait été instrumentalisée par les opposants qui en veulent à mort à Macky.

Une ligne de défense qui s’est même internationalisée car le président mauritanien sortant Ould Aziz, a défendu ce point de vue. En somme, tout sera ‘’politique’’ dans cette affaire.

Malheureusement pour cette communication présidentielle, la sortie de quelqu’un comme Alioune Tine, l’ancien Président de la Rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho) et ancien Président du Comité sénégalais des droits de l’homme n’est pas pour arranger les choses.

Invité par Sud FM ce dimanche, Tine n’a pas fait dans la dentelle. Il a craché sur la démarche adoptée par le régime dans cette affaire, sur le modus operandi du Procureur, sur l’indépendance de la Justice, etc.

En somme, il a été autant virulent dans ses propos qu’Abdoul Mbaye ou Ousmane Sonko.

S’agissant par exemple de la Communication présidentielle dans cette affaire, il a parlé de ‘’déni’’, de ‘’mensonge’’ et même d’‘’artifice’’.

Et il n’est pas le seul. On a vu l’engagement d’intellectuels de renom qui ont apporté leurs contributions dans ce débat, de religieux comme Imam Kanté, de simples citoyens regroupés ou non dans des structures comme Aar linubook, etc.

La réalité est que la Société civile, dans une république, joue un rôle de contre-pouvoir qui s’apparente à celui de l’opposition à la différence que la première ne cherche pas à conquérir le pouvoir. Au contraire, elle est même taxée de conservateur.

Que des membres de la Société civile surtout des plus éminents, cheminent avec le régime en place n’est jamais une bonne chose pour une démocratie.

Ceux qui s’approchent des présidents en exercice ont certes leurs motivations, mais la Société civile, elle, doit rester une sentinelle et ne doit agir que dans l’intérêt supérieur des Sénégalais.

Nous ne pensons pas que la Société civile ait intérêt à se ‘’mackyller’’.

C’est pourquoi, si elle se met à attaquer le pouvoir en place surtout dans le dossier du pétrole en épousant nombre de thèses défendues par l’opposition, cela ne veut pas dire qu’elle s’est rapprochée de celle-ci. Cela veut dire qu’elle est restée fidèle à ses engagements originaux, qu’elle cherche la vérité.

C’est important que des hommes de la trempe d’Alioune Tine l’aient compris. Nous souhaitons que, dans des moments difficiles, où la polémique fait rage entre pouvoir et opposition, que des hommes et des femmes de ce pays, prennent leur courage à deux mains, et tranchent le débat en osant dire à ceux qui ont tort qu’ils ne sont pas sur la bonne voie.

Le Président de la République a eu par exemple à dire à Diamnadio que ceux qui se targuent de comprendre les affaires du  pétrole se trompent parce que ‘’c’est trop compliqué’’.

Certes le pétrole est compliqué, mais les contrats qui portent sur le pétrole ne sont pas compliqués car il s’agit d’actes juridiques comme les autres. Il ne faut pas confondre contenant et contenu.

En conséquence, nous n’avons pas encore pas entendu le discours que l’on attend du Président Sall.

Il ne s’agit pas d’un discours sur la complexité du pétrole mais celui sur les contrats y afférent :Qui a signé quoi ? Combien ? Comment ? Où ? Quand ?, etc.

Tout autre discours ne sera que pur saupoudrage.

AssaneSamb


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here