On se soûle à l’eau de Cologne

6

L’existence de bars en nombre insuffisant dans le Djoloff amène beaucoup de jeunes de la localité à consommer du parfum pour se saouler. Ils se soûlent à l’eau de Cologne dénommé «Boul Falé» ; à un prix bon marché !

A défaut de trouver des bars et autres débits de boissons alcoolisées, beaucoup de jeunes qui habitent dans des localités éloignées de Dahra et Linguère utilisent le parfum bon marché, plus précisément  l’eau de Cologne appeléle «Boul Falé». Dans les marchés hebdomadaires, ces adeptes de Bacchus, pour la plupart de jeunes bergers, flambent leurs pécules après avoir vendu quelques moutons ou chèvres et découvrent l’interdit. Du coup plusieurs bagarres à l’arme blanche, souvent mortelles, sont issues de cet usage du « Boul Falé.» Pour preuve, l’année dernière, à Tessékéré, un village distant de 90 km au nord de la ville de Dahra, un berger qui avait consommé une bouteille de trop de ce produit a perdu la vie au cours d’une bagarre qui l’avait opposé à un boutiquier. A Mboula, une violente bagarre qui avait éclaté entre deux bergers a occasionné des dégâts collatéraux énormes. L’un s’est retrouvé avec la carotide coupée et l’autre les deux bras sectionnés. Après constat, l’on nous apprend c’est du « Boul Falé » qui a entrainé ces dégâts.

Au vu des dégâts causés par ce phénomène, les autorités administratives de la localité prônent pour  un certain nombre de mesures allant dans le sens de faire régresser ce fléau.

Le moins que l’on puisse dire l’usage du « Boul Falé » et de l’eau de Cologne dans les milieux ruraux du Djoloff cause des dégâts incommensurables et hante le sommeil des autorités administratives.

Samba Khary Ndiaye


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here