Mort de Fallou Sène: Me Assane Dioma Ndiaye va saisir les juridictions internationales

17

Avocat de la famille du défunt étudiant Fallou Sène, Me Assane Dioma Ndiaye indique que l’enquête tourne au ralenti. Selon la robe noire, les choses ne bougent pas. Il menace de saisir les juridictions internationales.

 L’enquête sur la mort de l’étudiant Fallou Sène semble tourner au ralenti. 3 mois après la disparition de l’étudiant tué lors des manifestations à l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis, l’avocat de la famille, Me Assane Dioma Ndiaye, a dénoncé cette lenteur. Ainsi, l’avocat n’exclut-il pas une plainte avec constitution de partie civile ou une saisine des juridictions internationales. «Il n’y a eu aucune évaluation. La famille ne cesse de se poser des questions, de même que les étudiants. On ne sent pas la justice bouger et c’est toujours cette justice qui sait être diligentée, qui sait être expéditive par rapport à certains dossiers, mais qui marche au pas de caméléon par rapport à d’autres dossiers», a dit la robe noire à nos confrères de la Rfm. Il ajoute que : « cette affaire sera élucidée d’une façon ou d’une autre. (…) la possibilité de saisir le Doyen des juges dans une plaintes, avec constitution de partie civile, mais aussi il y a d’autres juridictions extra-nationales qui pourront être saisies. La justice doit aujourd’hui se sentir mal à l’aise de voir qu’elle ne répond pas aux aspirations et aux attentes du citoyen mais aussi de l’Etat de droit lui-même», a-t-il aussi dit.

Sur toujours la lenteur notée dans ce dossier, la robe noire a soutenu : «au départ, c’est vrai, il y a eu l’action du Procureur près le Tribunal de Saint-Louis, qui a transmis le dossier au Procureur près le Tribunal régional de grande instance de Dakar pour, semble-t-il, des raisons de compétence du fait de la qualité de la personne présumée auteur du coup mortel (un gendarme, Ndlr). Mais depuis lors, il n’y a eu aucune évolution. » Il poursuit : « Dans les jours à venir, si rien ne bouge, vous entendrez la famille qui va tenir une conférence de presse avec les étudiants qui, aujourd’hui également, sont sur le pied de guerre. Il est exclu qu’il y ait déni de justice de cette affaire », a lancé Me Assane Dioma Ndiaye, selon qui aussi bien l’exécutif, la chancellerie, que le Procureur près du Tribunal de Grande instance de Dakar doivent, savoir que cette affaire sera élucidée d’une façon ou d’une autre. « Nous avons d’autres actions, la possibilité de saisir le Doyen des juges par une plainte avec constitution de partie civile, mais il y aussi d’autres juridictions extra-nationales qui pourront être saisies», a-t-il déclaré.

Cheikh Moussa SARR

 

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here