Mamadou Ndoye : Entre un pouvoir prédateur et une opposition prédatrice, il faut une 3ème voie

6

Mamadou Ndoye, l’ancien secrétaire général de la Ligue Démocratique (LD) décrypte  sur l’actualité politique national. Ancien membre  de la coalition Benno Bokk Yaakar, au pouvoir, dans cet entretien accordé à SeneNews, Mamadou Ndoye relève  les enjeux de la présidentielle de 2019. Tout peut arriver. Le pouvoir peut balancer dans le camp de l’opposition certes,  mais  l’idéal serait  de tout faire pour éviter qu’il ne tombe aux mains d’une opposition prédatrice. «Pour la présidentielle de 2019, il y a des certitudes et il y a des incertitudes.  La certitude, c’est que si les gens (l’opposition) travaillent bien, Macky Sall est battu. Ça, c’est la certitude. Les incertitudes, c’est qui va remplacer Macky Sall ? Quand on  regarde le profil de tous les candidats en lice, en réalité aucun candidat n’émerge de manière  décisive. Ce sont des incertitudes» a  soutenu  Mamadou Ndoye.

Mais entre un pouvoir prédateur et une opposition prédatrice connue du point de vue de l’expérience, Mamadou Ndoye prône une  troisième voie. C’est la voie de «la construction nationale». C’est pourquoi,  de son point de vue,  les parties prenantes des Assises nationales devraient, « mutualiser leurs forces » pour avoir « la chance de positionner  un candidat au second tour » au lieu de laissé le pays aux mains des différents  prédateurs.

Si d’aucuns voient Ousmane Sonko comme le candidat à même de tenir tête au président sortant 2019, Mamadou Ndoye, lui,  préfère rester très prudent concernant la performance électorale du leader du Pastef et à juste titre. Sa propre expérience lui impose  de faire la part des choses entre capital de sympathie et capital électoral. «Il ne faut pas confondre en matière électorale, capital de sympathie et capital électoral. Nous sommes bien placés pour le savoir parce que nous avons bénéficié, dans le temps, d’un fort capital de sympathie qui ne s’est pas traduit en  matière électoral. Et donc, je ne confonds pas les deux », explique le sage de La Ligue Démocratique

Sage  de la Ligue démocratique (LD, gauche), Mamadou Ndoye  estiment que les cultures et les pratiques politiques  au  Sénégal,  souvent en déphasage avec l’étiquette sous laquelle ils s’identifient. « Les pratiques d’un pouvoir socialiste étaient libérales et les pratiques d’un pouvoir libéral  étaient  étatistes; donc proche d’un pouvoir socialiste , que d’un pouvoir libéral », relève l’ancien ministre. S’agissant de la gestion de Macky Sall, Mamadou Ndoye note que la justice est vassalisée, les magistrats soumis aux ordres du prince Sall.

Sur un autre plan, Mamadou Ndoye note un déficit de démocratie dans beaucoup de partis politiques, notamment en matière de succession à la tête des partis.  M. Ndoye note  une sorte de patrimonialisation des partis politiques.  C’est pourquoi la succession  du fondateur par  un  membre du parti pose  parfois des difficultés.  La ligue démocratique est l’un des rares partis qui sort du lot en la matière.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here