Macky a déposé sa candidature

5

Investi candidat de BBY à l’issue d’un congrès d’investiture, à Dakar Arena de à Diamniadio, samedi dernier, Macky Sall a déposé hier, au Conseil constitutionnel, sa candidature à la prochaine présidentielle prévue le 24 février 2019.

 Le président Macky Sall a déposé son dossier de candidature à un second mandat. Les cartons des signatures nécessaires à la candidature du président sortant ont été acheminés au Conseil constitutionnel par la coordonnatrice du pôle parrainage de Bby, Aminata Touré. Y a combien de signatures dans les dossiers d’Aminata Touré ? Nous n’en savons rien. Mais ce qui est sûr, c’est que Macky Sall visait plus de 2 millions de signatures dans les 45 départements. L’envoyée spéciale du Chef de l’Etat a d’ailleurs reçu le récépissé de dépôt de notification délivré par le greffier en chef du Conseil constitutionnel. Pourtant, les candidats déclarés ont jusqu’au 26 décembre pour déposer leurs dossiers de candidature. Ceux-ci, assortis des listes de parrainage, sont déposés au greffe du Conseil constitutionnel 75 jours au plus tôt et 60 jours au plus tard avant la date du scrutin (11-26 décembre 2018). Selon l’article L.118, « la déclaration de candidature est déposée au greffe du Conseil constitutionnel, dans les délais fixés par l’article 29 de la constitution, par le mandataire du parti politique ou de la coalition qui a donné son investiture, ou celui du candidat indépendant ». Mieux, ledit article ajoute : « Les coalitions de partis politiques doivent choisir un nom différent de celui des partis politiques légalement constitués. Toutefois, une coalition peut prendre le titre d’un des partis qui la composent. Le nom et éventuellement le titre de la coalition ainsi que la liste des partis qui la composent doivent être notifiés au greffier en chef du Conseil constitutionnel par le mandataire au plus tard la veille du dépôt de la déclaration de candidature.

Le Conseil constitutionnel organise le contrôle des dossiers de candidats et des listes de parrainage. Ce contrôle se fait au fur et à mesure du dépôt. Le Conseil constitutionnel, dans tous les cas, a jusqu’à 43 jours avant la date du scrutin pour notifier à tous les candidats une éventuelle invalidation de parrainage du fait des doublons qui auraient entrainé qu’ils n’atteignent plus le minimum de 0,8% des signatures exigées. En clair, pour être retenu comme candidat à la Présidentielle, il faut se faire parrainer par au moins 1% des électeurs inscrits dans 7 régions, à raison de 2000 signatures par localité minimum. Si l’on se considère l’actuel fichier électoral avec ses 6,5 millions inscrits, tout candidat devra réunir 65 mille parrains pour pouvoir participer à l’élection. Le cas échéant, le candidat dispose de 48 heures pour régulariser les signatures invalidées du fait desdits doublons.

Dans tous les cas, le Conseil constitutionnel publie la liste des candidats retenus au plus tard 35 jours avant la date du scrutin. Cette publication faite, tout candidat retenu sur la liste dispose de 48 heures pour contester la présence d’un autre candidat. Dans ce dernier cas, le Conseil constitutionnel saisi, statut sans délai.

  1. BA

 

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here