PremiumLettre ouverte à Birima Ndiaye : revoyez votre copie, cher monsieur ! 

13

N’eût-été votre capacité de récidiver dans des propos attentatoires à l’intégrité et la morale de vos vis-à-vis, je ne vous aurais pas écrit cette missive. En effet après vos insultes contre les pauvres étudiants, même si cela date de Mai 2017, vous vous êtes négativement illustré lors de la récente passation de service entre l’ancien et l’actuel directeur du Centre Régional des Œuvres Universitaires de Saint-Louis. Bis Repetita Placent !

N’eût-été non plus cette image de chroniqueur et d’homme de média que vous aurez acquis grâce à une grande boîte, je ne vous aurais pas répondu. N’eussent-été ces insultes et menaces proférées au vu et au sus de tout le monde, même des autorités que vous défendez maladroitement sur votre plateau de « Jakaarlo Bi», je passerai outre de vos propos comme je le fais à l’accoutumée. Mais fort de tout ce que je viens d’énumérer, je me vois contraint de vous interpeller.

Au risque de ne voir mon message tomber dans l’oreille d’un sourd, laissez-moi vous écrire en Français facile. Vous me pardonnerez s’il y figure des mots difficiles ou qui révéleraient un certain pédantisme de ma part. Ma foi, il faut être un inculte pour oser insulter des étudiants qui ne font que réclamer leurs dus, des conditions meilleures.

Même le Président de la République qui a avec lui toute l’armée et qui dispose d’un pouvoir quasi-divin ne l’oserait pas. Donc le faire est moins du courage que de l’inintelligence de votre part. Agir de la sorte en tant qu’agent d’un service qui doit veiller à l’épanouissement de ses usagers demeure inqualifiable. Sans les étudiants, le CROUS dont vous êtes un employé n’existerait…

-Il vous reste au moins 65% de l’article à lire-
L’intégralité de cet article est réservé aux abonnés de SeneNews Premium.
Connectez vous avec votre compte ou Inscrivez vous pour y accéder.

Premium

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here