Le trop plein d’enfant en Afrique- Le mea culpa de Macron

31

En tournée africaine, le chef de l’État français admet avoir commis « une erreur » en parlant du « défi civilisationnel » de l’Afrique.

C’était en juillet dernier, lors du G20 à Hambourg. Interrogé sur l’Afrique et la possibilité d’un plan Marshall pour le continent, Emmanuel Macron avait suscité la polémique en répondant ceci : ‘’S’il y a trop d’enfants, c’est un phénomène civilisationnel’’. Hier, au Burkina Faso, Emmanuel Macron est revenu sur ses dires. Et il a reconnu s’être trompé. Interrogé par un étudiant sur la démographie, en marge de son discours donné à l’université d’Ouagadougou, le chef de l’État français admet avoir commis « une erreur » en parlant du « défi civilisationnel » de l’Afrique. Macron attribue ses propos à un lapsus calami. ‘’Je regrette d’avoir eu ce mot…Je retire ce que j’ai dit sur ce plan-là. En revanche, je continue de penser que 7 ou 8 enfants par femme dans certains pays, ce n’est pas normal. Et peut-être qu’un certain nombre de femmes qui ont autant d’enfants ne le souhaitent pas », a déclaré Emmanuel Macron. Et le président de la République française de préciser sa pensée : « 70% de jeunes, c’est une chance, oui, j’y crois. Mais c’est surtout une immense responsabilité. La démographie, ça ne se décrète pas, ça ne se dicte pas. Elle renvoie à des choix personnels, intimes, dans lesquels personne ne doit s’immiscer, c’est là le cœur du sujet. Elle doit être un choix, en particulier pour les jeunes filles et les femmes. Partout où vous avez 7-8-9 enfants par femme, êtes-vous bien sûr que c’est le choix de ces jeunes filles ? Dans mon pays, des familles ont fait ce choix, c’est leur choix, je n’ai pas à juger. Mais je veux être sûr que partout en Afrique, ce soit bien le choix de ces jeunes filles, je veux qu’elles puissent continuer leurs études, travailler, qu’elles puissent faire le choix, elles. Qu’elles puissent avoir le choix de ne pas être mariée à 13 ou à 14 ans et de faire des enfants. Non pas parce qu’un président l’aurait voulu, mais parce que vous l’aurez voulu. Nous devons avoir ce débat responsable de la liberté de choix. C’est une conviction profonde qui m’a poussé à faire de l’égalité femmes-hommes la grande cause de mon mandat : que chaque jeune fille ou femme ait la possibilité de choisir son destin. »

Son convoi attaqué et caillassé ?

Le convoi de la délégation qui accompagne Emmanuel Macron au Burkina Faso aurait, selon le journaliste de Quotidien, Hugo Clément, été attaqué par « des centaines d’assaillants avec des caillasses ».  Ce qu’il décrit alors fait froid dans le dos : des voitures auraient été détruites, des tirs auraient été entendus et les membres de la délégation se seraient réfugiés dans l’Université. Le président Emmanuel Macron ne se trouvait pas, lui, au sein de ce convoi. L’incident serait finalement moins grave que cela a été évoqué dans un premier temps : « il y a eu des caillasses mais pas de blessés », témoigne ainsi la journaliste du « Monde » Morgane Le Cam, citant une source sécuritaire. De son côté, le porte-parole de la présidence de la République, Bruno Roger-Petit, s’est voulu très rassurant : « Lors du déplacement de ce jour, à Ouagadougou, un véhicule de la délégation a fait l’objet d’un jet de pierres. Mais ni centaines d’assaillants, ni voitures détruites. »

Safietou Diop


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here