INFO CLOSER. L’officier de sécurité de Muriel Pénicaud s’est suicidé

24

Un suicide supplémentaire chez les policiers, profession déjà très touchée. Le fonctionnaire du service de la protection (ex-SPHP) qui officiait auprès de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a mis fin à ses jours avec son arme de service près de chez lui en Seine-et-Marne, selon les informations de Closer. La tragédie a été découverte ce mardi 5 décembre dans matinée. L’homme était âgé de 51 ans et était père de deux enfants. Pour l’heure, aucune explication n’a été donnée à son geste.

Le SDLP est soumis à un management particulier depuis la vague terroriste, avec une augmentation des missions qui use les fonctionnaires. En cause notamment : les missions de complaisance, de type « uclat 4 », dans le jargon policier, qui mobilisent quatre policiers par roulement de deux par semaine. De manière péjorative, les policiers du SDLP surnomment ces missions « mission-taxi » car elles servent bien souvent davantage à faire briller le « VIP » transporté qu’à le protéger. On prête l’intention au patron du SDLP de revoir ce type de mission à la baisse, mais le ministère de l’Intérieur n’a pas encore pris de décision pour faire le ménage parmi ces missions de complaisance.

55 suicides de policiers en 2014, 36 en 2016

Selon Le Monde, le suicide au sein de la police et de la gendarmerie est surreprésenté dans la profession. Une étude épidémiologique de 2010 avait révélé que le risque de suicide dans la police était supérieur de 36 % par rapport au reste de la population. En 2014, il y a eu 55 suicides de policiers et 36 en 2016. 2017 sera une année noire pour la police, le nombre est en passe de dépasser le chiffre de 2014.

Source : sen360.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here