Hamady étrangle sa tante avec une corde pour 400.000 Fcfa

10

Hamady Dia a tenté de tuer sa tante avec une corde. Son geste a été jugé grave par le maître des poursuites qui a requis à son encontre 20 ans de travaux forcés pour tentative d’assassinat. Il sera édifié sur son sort le 2 avril prochain.

 Si en rendant sa décision le 2 avril prochain, la chambre criminelle de Dakar applique à la lettre le réquisitoire du parquetier, Hamady Dia risque de passer 20 longues années derrière les barreaux. Il a comparu, hier, devant la barre de cette juridiction pour répondre des faits de tentative d’assassinat. Les débats d’audience ont permis de comprendre que le 9 août 2017, la dame Arame Niang, employée à la clinique « Gyné plus », informait les éléments de la section de recherches de la gendarmerie qu’un individu s’était présenté au domicile de Rokhaya Thiam et l’avait étranglée avec une corde. Sans perdre de temps, les limiers ont effectué un transport sur les lieux. Où étant, ils ont constaté que la victime avait été déjà évacuée à l’hôpital principal de Dakar. Les constations effectuées ont permis de retrouver une corde et un burin marteau. Des témoignages recueillis sur place avaient également permis de savoir que l’auteur des faits, du nom de Hamady Dia, s’était servi de la corde pour étrangler sa victime et qu’il serait le neveu du défunt mari de celle-ci. Entendue après sa sortie de l’hôpital, la dame a déclaré avoir reçu la visite du mis en cause, ce jour, à l’heure de la pause. Après avoir pris leur déjeuner, celui–ci lui avait emprunté la somme de 400.000 francs. N’étant pas dans les dispositions de satisfaire cette demande, elle lui avait remis la somme de 10.000 francs pour le transport en lui suggérant d’attendre la prochaine fois.

 

Le mis en cause s’était refugié en Mauritanie

Sur ces entrefaites, dit-elle, Hamady Dia avait alors manifesté son désir de faire ses ablutions pour la prière de « Tisbar ». Il a quitté le salon avant de revenir sur ses pas pour enrouler une corde autour du cou de la dame, cherchant ainsi à l’étrangler. Elle s’est battue de toutes ses forces pour réussir à s’échapper de la pression exercée sur elle, avant de courir alerter ses secrétaires et son gardien. Hamady, pour sa part, en avait profité pour s’enfuir en sautant par-dessus le balcon. Entendue à son tour, Fabienne Cissé, secrétaire de la plaignante, a indiqué : « j’ai été alertée par des cris. Quand je me suis déplacée pour aller m’enquérir de la situation, j’ai rencontré ma patronne dans les escaliers, toute essoufflée, qui balbutiait : « il veut me tuer, il est dans le salon ». Il faut dire que les gendarmes ont ouvert une enquête et le mis en cause a été localisé dans un village dénommé Koundel Réo, sur la rive mauritanienne du fleuve Sénégal. Interrogé, il a reconnu les faits, soutenant ne pas être en mesure d’expliquer son geste. Il a aussi dit qu’il n’entretenait pas de bonnes relations avec sa tante à qui on reprochait de garder pour elle le patrimoine laissé par son défunt mari. Selon lui, il a été mandaté par ka belle-famille pour attenter à sa vie. Malgré ses déclarations, le maître des poursuites a requis 20 ans de travaux forcés. A l’en croire, les faits sont graves et le certificat médical fait état d’éraflures pouvant évoquer des traces de strangulation et d’un état de santé nécessitant, sauf complication ultérieure, un repos médical de 21 jours. Ce réquisitoire a été jugé sévère par la défense qui a plaidé pour une application bienveillante de la loi. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 2 avril prochain.

Cheikh Moussa SARR


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here