Grande distribution au Sénégal : non, Auchan ne dégagera pas !

71

Les activités d’Auchan au Sénégal, la marque française, spécialisée dans la grande distribution, avec ses prix largement favorables, n’est pas du goût de tous les Sénégalais. Implantée en 2014 au Sénégal, depuis des mois, la marque fait l’objet d’attaque d’activistes qui l’accusent de tuer l’économie locale avec ses politiques des bas prix. La fronde est menée sur fond de slogan xénophobe tel que «Auchan dégage !». Seulement, les détracteurs d’Auchan ne donnent aucun argument scientifique irréfutable du préjudice supposément causé par l’enseigne hexagonale. Les détracteurs se contentent de dire qu’Auchan tue les petits commerçants. Ça parait insensé pour diverses raisons.

Quand on choisit un système politique ou économique, il faut l’assumer dans tous ses aspects. Auchan Retail Sénégal, filiale du groupe français Auchan, n’a aucune raison de dégager comme lui demande ses détracteurs. Primo, le Sénégal n’est ni Cuba ni la Corée du Nord où l’économie est contrôlée par l’Etat. On est dans un pays démocratique qui a adopté l’économie de marché (le laissez faire) avec ses  attributs de libre entreprise et de libre concurrence. C’est en vertu de cela qu’Auchan opère au Sénégal.  Mieux, selon une exigence de l’Etat du Sénégal, Auchan rachète une bonne partie de ses produits aux producteurs locaux sénégalais.  Le ministère du commerce aurait déjà fait  de visites d’inspection dans les magasins  Auchan pour s’assurer que les produits locaux sont bien  commercialisés par l’enseigne,  que ceux-ci sont bien mis en avant et que l’ensemble des produits sont de qualité. «Si vous éclipsez nos produits, vous nous aurez en face de vous », nous souffle une source anonyme qui cite le ministre lors de son passage chez Auchan.

Secundo, étant donné le faible pouvoir d’achat des consommateurs sénégalais, Auchan répond parfaitement à leur niveau de vie et ils ne peuvent que se réjouir. En effet, le consommateur a désormais une offre plus large et plus adaptée à sa bourse. De facto, beaucoup y voient en Auchan une opportunité, un soulagement. Chose que l’Etat aussi y a certainement pensé en ouvrant la porte à l’entreprise française. Il serait aussi  absurde de penser que ceux qui s’approvisionnent chez Auchan sont moins patriotes parce que d’aucuns prétendant que par patriotisme économique, ils  préfèrent  acheter chez des commerçant sénégalais que chez Auchan. Il se trouve que ce sont les producteurs locaux qui approvisionnent l’enseigne française. En fin de compte ceux qui achètent  directement aux commerçants sénégalais qu’à Auchan sont patriotes au même titre

Tercio, opérant au Sénégal, ce sont des Sénégalais que l’enseigne  française a  recrutés dans ses magasins. Selon le directeur général Laurent Leclerc, ce sont  quelques 1500 Sénégalais qui travaillent dans les magasins de l’enseigne sans compter que l’enseigne française paie diverses taxes  et des impôts à l’Etat du Sénégal. Quand on vent 100F, on va verser entre 15 et 18F à l’Etat, indique. M. Leclerc.  «Auchan n’est pas venu comme un cheveu dans la soupe. Ils ont respecté toutes les procédures. Ils vendent des produits locaux, font travailler les Sénégalais. Même les municipalités se frottent les mains », nous a confié une source qui a requis l’anonymat  et qui note qu’Auchan prévoit de s’établir à Kaolack et à Touba.

Auchan a aussi ses souteneurs

Au finish, si l’Etat a donné son quitus à Auchan pour opérer au Sénégal, c’est en connaissance de cause. En tant que garant de sécurité et du bien-être des populations, l’Etat est censé savoir ce qui est bon pour  ses administrés. Cela dit, s’il n’y avait pas plus à gagner pour le Sénégal,  certainement, le tapis rouge  n’aurait pas été à Auchan pour qu’il exerce. Aussi, comme dit un consommateur, Auchan vend aussi un cadre sain. Les produits sont bien conservés, entretenus. C’est le cas des fruits qui échappent à l’assaut des mouches.

Indépendamment de la politique de prix, les souteneurs d’Auchan ont un argument qui n’est pas dépourvu de sens. En effet, le Sénégal compte des milliardaires, des capitaines d’industries. Les uns sont dans l’hôtellerie et la restauration, l’immobilier, le BTP et  les autres dans le secteur de l’automobile, la production animale ou autres,…pourquoi depuis toutes ces années, les hommes et femmes d’affaires sénégalais n’ont pas investi la grande distribution au Sénégal ? Non seulement ils auraient dû le faire, mais ils auraient dû aller à la conquête du marché de la sous-région.  Encore faut-il que la politique des prix attire que le consommateur au risque de le voir aller  vers la concurrence.  Ne dit-on pas que la nature a horreur du vide ?

De ce qui précède, Auchan a bel et bien sa place au Sénégal. La meilleure chose à faire c’est de riposter non pas sur un registre pratiquement xénophobe, mais commercial.  Ce qui est sûr, il n’est pas encore trop tard. Que les hommes d’affaires sénégalais se réveillent, se lancent  et qu’ils défient Auchan dans  une concurrence saine et transparente. Toute chose qui sera au  bénéfice du consommateur sénégalais.

L’Unacois Jappo  dans une démarche positive

C’est ce que vient de faire Unacois-Jappo de fort belle manière en lançant la marketplace «Yessal Njaay», une plateforme dédiée à la vente des produits en ligne, en vue de développer le commerce informel.  «Cette plateforme, c’est une nouvelle donne avec le rendez-vous du numérique. On tourne le dos à Auchan. C’est une nouvelle donne qu’on appelle l’invasion du numérique. D’ailleurs le Sénégal y est en retard par rapport à d’autres pays. Mais nous allons essayer de combler le gap», souligne Alla Dieng,  l’administrateur général de«Yessal Njaay» cité par le journal Le Populaire dans son édition de ce vendredi 06 juillet. Et Alla Dieng de se faire plus précise. Il s’agit «d’une partie de la riposte contre Auchan. Il y en aura d’autre parce que nous, nous ne disons pas Auchan dégage. Nous disons qu’Auchan a sa place. Nous aussi nous avons notre place».

Autant les détracteur de semble oublier que l’on est dans une économie de marché autant, Auchan, de son côté, doit  rester  honnête  et transparent.  Parce que certains clients font état de ce que des produits venant de l’étranger, notamment de France, ont une très courte durée : du lait, fromage, bonbon, etc. parfois même périmés tout simplement. De ce fait, on est fondé à croire que ce sont les invendus de France qui nous sont fourgués ici dans les pieds. Ce qui serait  irrespectueux vis-à-vis de  nous, consommateurs.  Car ce qu’Auchan ne peut pas se permettre en France, elle ne doit, en aucun cas, se l’autoriser au Sénégal  et en Afrique de manière générale.

Parce que sur cet aspect, en effet, plusieurs témoignages chargent l’enseigne  française. Une jeune fille nous a confié que   sa belle-sœur a acheté des frites, puis de saucissons à deux occasions différentes  mais les deux produits étaient à chaque fois périmées. Des témoignes de ce genres sont légion. Autre grief un fidèle client et souteneurs de la marque française  a expliqué que les prix sur les étiquettes sont parfois différents de ceux  à devoir  la caisse après achat. Si cela aussi est avéré, Auchan doit prendre ses responsabilités et  y remédier à temps. Sinon dans ce cas, nous pensons que le slogan «Auchan dégage !» aura tout son sens et mériterait d’être soutenu par tous.

Cependant, selon fonctionnaire qui connait le dossier, ce n’est pas sciemment qu’Auchan  vend des produits  périmés. C’est que la marque a une politique  qui consiste à casser les prix de certains produits pour vite les écouler. Mais la question  est de savoir si tous les consommateurs  sont avertis et maîtrisent cet aspect.

Parce que s’ils achètent  les produits pour les garder longtemps avant de se rendre compte  que la date péremption est très proche ou même que c’est périmé  au moment d’utiliser, ça  ressemble à une tromperie. Il faut aussi  penser que certains clients ne savent pas lire. Si Auchan s’installe et oblige les anciennes qui soufflent le chaud et le froid  de revoir leurs prix à la baisse, afin de tenir la concurrence, c’est plutôt une bonne chose.

D’ailleurs, un de nos interlocuteurs soupçonne  la concurrence d’être derrière cette agitation. Parce qu’il n’y a que les concurrents et des intermédiaires qui ne  gagnent plus comme avant  qui  peuvent l’orchestrer tout simplement cela.

Par Noël SAMBOU

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here