Escroqueire: Un transitaire et son ami risquent 6 mois ferme

10

Six mois d’emprisonnement ferme contre Cheikh Tidiane Guèye et trois mois ferme pour Mouhamadou Moustapha Guèye, c’est les peines requises, hier, par le maître des poursuites dans cette affaire d’escroquerie, de faux et usage de faux et complicité de ces chefs.

Attraits, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour escroquerie, faux et usage de faux et complicité de ces chefs, les sieurs Cheikh Tidiane Guèye, transitaire, et son ami Mouhamadou Moustapha, encourent six de prison de ferme. Il ressort des débats d’audience que le nommé Moustapha Mareina a été mandaté par son employeur pour lui faire sortir un conteneur du port autonome de Dakar. Où étant, il sera surpris d’apprendre de la part de la société de manutention MSC, que le bon présenté pour faire enlever le conteneur n’est pas bon. Pis, une plainte a été déposée contre lui par ladite société de manutention. C’est sur ces entrefaites qu’il a été interpellé par les éléments de la division des investigations criminelles (Dic). Soumis au feu roulant des questions, Moustapha Mareina, également transitaire, a soutenu avoir remis la somme de 2 millions de nos francs à Cheikh Tidiane Guèye pour qu’il lui paye les frais d’enlèvement de ses conteneurs. C’est ainsi que le 13 septembre dernier, Gueye lui a délivré le bon à enlever. Interpellé et entendu à son tour, Cheikh Tidiane Guèye a déclaré que le faux document lui a été confectionné par son ami Mouhamadou Moustapha Guèye. Les limiers ont poursuivi leur enquête avant de mettre la main sur le dernier nommé. Imprimeur de son état, il a nié les faits qui lui sont reprochés. Mais à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, les mis en cause ont changé de fusil d’épaule. Interrogé par le tribunal, Cheikh Tidiane a confié: « les déclarations de Moustapha Mareina sont fausses. D’ailleurs, il ne m’a rien remis. Et, la somme de 2 millions dont il fait montre ne pouvait même pas faire sortir les conteneurs. La preuve, après la plainte de MSC, Mareina a payé 8 millions pour les avoir. Et jusqu’à présent, je n’ai pas vu le faux bon à enlever ». Pour sa part, Mouhamadou Moustapha Guèye a soutenu à la barre: « je n’ai jamais confectionné des bons à enlever avec l’entête de la société MSC pour le compte de Cheikh Tidiane Guèye. Ce dernier m’avait sollicité pour la confection de cartes de visite ».

Malgré leurs allégations, les avocats de la société MSC et de Moustapha Mareina ont réclamé, respectivement, les sommes de 3 millions et de 15 millions de francs, à titre de dommages et intérêts. « Même si Moustapha Mareina a payé par la suite la somme de 8 millions à la société MSC, cette dernière a subi un préjudice moral dans cette affaire. Son image a été écornée. Parce qu’elle a été mêlée à des poursuites judiciaires. Et tout laisse à croire que c’est Cheikh Tidiane Guèye qui a établi le faux en complicité avec son ami, Mouhamadou Moustapha Guèye », a défendu l’avocat de la société MSC. De son côté, le maître des poursuites a demandé la disqualification des faits d’escroquerie en abus de confiance. « Le délit de faux et usage de faux est établi. Parce que le bon à enlever n’existe pas dans la base de données de la société MSC. Et, les réquisitions faites au niveau de la Sonatel avaient permis aux enquêteurs de découvrir qu’il y a eu 15 appels entre Cheikh Tidiane Guèye et Moustapha Mareina, le jour où ce dernier dit avoir remis son argent. Entendu par les enquêteurs, le nommé Bambi Diagne avait également confirmé la remise des 2 millions. Donc, les faits sont constants à l’endroit des prévenus qui ont choisi de faire volte-face à la barre », a dit le représentant du ministère public. Ainsi, a-t-il requis six mois d’emprisonnement ferme contre Cheikh Tidiane Guèye et trois mois ferme pour Mouhamadou Moustapha Guèye. Il faut dire que la défense n’est pas du même avis que le parquetier. Raison pour laquelle la robe noire a plaidé pour la relaxe des mis en cause. Selon Me Ibrahima Mbengue, avocat de Cheikh Tidiane Guèye, c’est Moustapha Mareina qui devrait être poursuivi pour faux. « Mon client ne l’a ni vu ni touché. Pour le délit d’abus de confiance, il faut qu’il y ait une pré-constitution de preuve en vertu des dispositions de l’article 14 du Code des Obligations Civiles et Commerciales. Or, Mareina n’a montré aucune décharge, attestant la remise des 2 millions. Ce délit est donc impossible », a encore soutenu l’avocat. Toutefois, l’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être le 8 novembre prochain.

 

Cheikh Moussa SARR

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here