Crée un espace d’échange et d’analyse sur l’économie sociale et solidaire, l’objectif de l’INAISE

45

Crée à Barcelone en 1989 à l’initiative de sept organisations financières de l’Economie social, le réseau de l’Association internationale des investisseurs dans l’économie sociale (INAISE) a tenu ce matin sa première conférence en Afrique de l’Ouest à Dakar. «Finance sociale et solidaire et émergence des continents», c’est le thème autour duquel la réflexion a été axée. La rencontre présidée par le premier ministre Mohammad Boun Abdallah Dionne est l’initiative de la Fondation Sen ’Finances, seule membre sénégalais du réseau.

En effet, l’objectif de cette conférence d’INAISE est de créer un espace d’échange et d’analyse sur l’économie sociale et solidaire (Ess) entre participants. Ainsi, ses cibles s’orientent vers l’ensemble des acteurs de l’Ess notamment les décideurs de l’Etat, les promoteurs et investisseurs de l’Ess, les chercheurs, enseignants et étudiants.

« Aujourd’hui, nous vivons dans un monde dominé par l’économie de marché, où il nous faut faire face au défi pressant de la lutte contre la pauvreté. Et aussi, de l’exacerbation des inégalités sociales du chômage, du sous-emploi des ressources et de l’accès équitable des populations aux services sociaux de base. L’Ess, par sa capacité à créer de la valeur ajoutée et de la richesse pour les plus démunis, contribue à relever ces défis et constitue en même temps un puissant levier pour l’inclusion sociale. En faisant le pari de l’Ess, nous poursuivons ensemble l’économie d’une meilleure cohésion sociale », a fait savoir le premier ministre Mouhamed Boun Abdallah Dionne.

Ainsi, en dépit de la diversité des expériences et des spécificités propre à chaque pays, le choix de ce thème, offre selon le Premier ministre, «l’opportunité de plaider pour la recherche systématique de convergence, de solidarité et de complémentarité entre toutes les initiatives qui mettent en œuvre les valeurs de l’Ess. Cette rencontre est aussi un moment important pour ouvrir des perspectives de partenariat à l’échelle des continents afin d’encourager le financement des projets de l’Ess».

Néanmoins, le chef du gouvernement du Sénégal a fait l’expérience de l’Ess qui est bien présente dans le vécu historique des Sénégalais. A cet effet, explique-t-il, «la culture de l’Ess fait partie de nos traditions et se manifeste à travers des pratiques appelées ‘’Tontine’’. D’ailleurs, dès l’indépendance, les organisations coopératives et mutualistes ont constitué un champ stratégique d’organisation socio-économique pour le développement entre autres de l’agriculture, de l’artisanat et même aujourd’hui de l’habitat».

Cependant, précise Mohamed Dionne, l’Ess dans sa forme institutionnalisée est nouvelle dans notre pays. Mais, rassure-t-il, «un ministère a été créé en 2017, dédié à l’Ess et confié au ministre Angélique Manga. Notre feuille de route pour ce département ministériel s’articule autour de l’élaboration d’une lettre de politique de développement du secteur dont le processus est déjà lancé. Elle a aussi comme objectif l’adoption d’un nouveau cadre réglementaire en tenant compte du contexte sous régional».

En outre, conclut le chef du gouvernement, «cette conférence représente une opportunité pour l’affirmation du leadership du Sénégal en matière d’Ess en particulier en Afrique de l’Ouest».

La conférence internationale 2018 qui s’étend sur trois jours sera l’occasion pour plus de deux cent acteurs, experts et décideurs d’engager une réflexion profonde sur la promotion du secteur de l’Ess à l’échelle mondiale, de développer les échanges et de partager aussi des expériences.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here