Comme naguère le Ps et le Pds: L’Apr végète sa propre opposition interne

40

Ça vole très bas au niveau de ces mastodontes de l’Alliance pour la République (Apr), pris dans le galimatias des rivalités internes dans leur formation politique.

La guerre par voie de presse est sans merci entre Farba Ngom et Moustapha Cissé Lô. Les deux ne se font pas de cadeaux.

A l’image d’Assane Diouf, ils sont devenus des insulteurs publics, tant les propos professés l’un contre l’autre sont rudes.

Une situation qui rappelle celle du Parti socialiste (Ps) et du Pari démocratique sénégalais (Pds) à une certaine époque de leurs évolutions au sommet de l’Etat. Ces partis avaient végété leurs propres oppositions internes.

Par le jeu exacerbé des rivalités entre leaders, ces partis se sont illustrés par une violence verbale et même physique parfois entre responsables.

Malheureusement, l’Apr reproduit le même schéma, avec des différences liées au contexte du moment. Contrairement au temps du Ps, l’Apr n’a pas de tendances dans les quartiers et villages, c’est-à-dire l’existence, plus ou moins officielle, de deux responsables avec leurs ouailles qui se font face.

Ce qui se passe à l’Apr ressemble beaucoup plus au schéma laissé par l’ancien Président Abdoulaye Wade. Il s’agit, en somme, de diviser pour régner en actionnant des responsables pour, parfois, les mettre les uns contre les autres. Et de leur ‘’mortal Kombat’’, le parti ou son leader en sortira souvent beaucoup plus ragaillardi dans la zone considérée parce que ne laissant pas la place à la vraie opposition.

Il s’agit de créer une vraie fausse opposition en divertissant au maximum les adversaires, en donnant l’impression de remous graves en interne tout en sommant chaque camp de travailler pour la victoire.

Cela ne veut pas dire que Macky est à l’origine des divergences entre ses lieutenants et le fait que le linge sale soit lavé sur la place publique, mais le simple fait de ne pas y mettre un terme est un signe évident d’une complicité par omission. Il laisse faire, exactement comme Wade.

Il en est de même des divergences qui sont nées au niveau de la Cojer entre Thérèse Faye et Marième Thiam Babou, des attaques contre Mimi Touré, Alioune Badara Cissé, Me War, etc.

Ces guéguerres internes n’ont pas épargné des responsables de la trempe d’Amadou Bâ, d’Abdoulaye Diouf Sarr et de bien d’autres.

Quand par exemple Yakham Mbaye a eu des soucis au niveau du Gouvernement, il a indexé un proche du Président.

Moustapha Diakhaté a quasiment insulté Aliou Sall lorsque le frère du Président a indexé des ‘’faucons’’ tapis au sein de la Présidence.

Au niveau de l’Apr de Grand-Yoff, ceux qui ont assisté au dernier meeting de Mbaye Samb, du Conseil économique social et environnemental, étaient surpris par la véhémence du ton contre ses camarades qui lui cherchent noise au sein du parti.

Les exemples peuvent être multipliés à loisir.

Certains ont alors parlé de manque d’autorité de la part du Chef. Ils sont loin de la réalité. Macky sait faire preuve d’autorité et même d’autoritarisme.

La preuve, quand Moustapha Cissé Lô a exprimé son souhait de remplacer Niass à la tête de l’Assemblée nationale, il a été convoqué, rabroué et remis à l’ordre.

Alors, si Macky ne fait pas de même actuellement s’agissant notamment des dissensions internes soulevées, c’est que, quelque part, il adopte la même stratégie que Wade : ‘’Diviser pour régner’’.

Il n’est pas alors exclu qu’il ait cautionné certaines sorties affaiblissant les uns par rapport aux autres.

La conséquence d’un tel état de fait, c’est l’existence de plus en plus important du camp des frustrés qui, n’eut été que le parti exerce le pouvoir, auraient tout simplement claqué la porte.

L’histoire retiendra, dans tous les cas, que l’Apr aura été l’un des partis qui se sera distingué le plus par un manque de discipline interne.

Assane Samb

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here