Bénin: La résidence de Boni Yayi encerclée par la police

14

La maison de l’ancien chef de l’État béninois, Thomas Boni Yayi, qui avait appelé au boycott des législatives du 28 avril et lancé un ultimatum à Patrice Talon, était encerclée par les forces de l’ordre mercredi. Des heurts ont éclaté.

 Une vingtaine de policiers étaient postés tout autour du domicile de Thomas Boni Yayi, où se rendaient mercredi 1er mai des figures de l’opposition béninoise pour témoigner de leur soutien.

Parmi eux, l’ex-président Nicéphore Soglo, sa femme Rosine et son fils Galiou, également accompagnés de plusieurs autres opposants, tels que Candide Azannaï ou Éric Houndété. Certains ont quitté le domicile après que les premières échauffourées ont commencé.

Contactée par Jeune Afrique, une source à la présidence a démenti toute intention d’arrêter Boni Yayi, mais a expliqué que ce déploiement policier avait été décidé car l’ancien président « souhaitait organiser une marche surprise dans la ville ».

« Le pouvoir panique »

« Il n’y avait aucune marche prévue aujourd’hui. Le pouvoir panique », répond un cadre de l’opposition présent au domicile de Boni Yayi et joint par JA. Cette même source a fait état de véhicules de l’armée positionnés dans plusieurs écoles du quartier Cadjehoun à Cotonou, où habite l’ancien président.

À la mi-journée, la population s’est rassemblée pour faire barrage aux forces de l’ordre. Elle a brûlé des pneus et lancé des projectiles. En réaction, la police a fait usage de gaz lacrymogènes. L’ancien président est apparu au balcon de son domicile.

Mardi, Boni Yayi et Nicéphore Soglo avaient lancé un ultimatum au président Patrice Talon pour annuler ce vote et appelé le peuple « à se défendre ».

« C’est une question de vie ou de mort », avait lancé l’ancien président, qui reste soutenu par la classe populaire du pays. « Talon marchera sur nos corps » avant d’entériner ce nouveau Parlement, avait-il menacé.

Jeune Afrique


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here