Balance des paiements : Le solde du compte capital en hausse de 9,6 milliards en 2017

6

Le solde excédentaire du compte de capital est évalué à 223,6 milliards (Mds) de FCFA en 2017, soit une hausse de 9,6 Mds, comparativement à l’année 2016. C’est ce qui ressort d’une étude de la balance des paiements et de la position extérieure globale du Sénégal pour l’année 2017 publiée récemment par la BECEAO.

 

Le compte de capital enregistre les transferts en capital ainsi que les acquisitions et cessions d’actifs non financiers non produits. Ainsi, le déficit du solde des transactions au titre des acquisitions ou cessions d’actifs non financiers non produits, traditionnellement faible, ressort -2,1 Mds en 2017. D’après le document, les transferts en capital sont arrêtés à 225,8 Mds en 2017 et sont tirés principalement par les dons en capital en faveur de l’Etat. Les subventions reçues ont été accordées principalement par les pays de l’Union européenne, la Chine et les Etats-Unis. Les fonds ont été destinés notamment au secteur de la santé et de l’action sociale, au renforcement des infrastructures sportives, à l’hydraulique et l’assainissement ainsi qu’au secteur agricole. Pour leur part, les transferts en faveur des autres secteurs sont chiffrés à 8,7 Mds en 2017, contre 9 Mds un an plus tôt.

Quant au compte financier, présenté selon l’optique analytique de la BCEAO, il retrace les acquisitions nettes d’actifs financiers et les accroissements nets de passifs vis-à-vis des non-résidents. Son  besoin de financement, chiffré à 663,5 Mds en 2017, a été couvert par des engagements extérieurs nets au titre des investissements directs étrangers (IDE) avec -293,7 Mds, des investissements de portefeuille -524,7 Mds et des autres investissements 42,6 Mds.  Pour ce qui est  des entrées nettes d’IDE, elles sont constituées de 65% de titres de participation et de 35% d’instruments de dettes. La bonne tenue des IDE est liée, en partie, aux perspectives de l’exploitation des ressources pétrolières tandis que l’accroissement de passifs au titre des investissements de portefeuille s’explique par l’emprunt obligataire émis sur le marché financier international par l’Etat du Sénégal. Le profil des autres investissements est imprimé essentiellement par les opérations de prêts et emprunts de l’Etat et les crédits commerciaux.

 

315 Mds mobilisées par l’Etat

En 2017, les entrées de flux sont ressorties à 42,6 Mds, reflétant des acquisitions nettes d’actifs de 203,1 Mds et un accroissement net de passifs de 160,5 Mds. Au titre des passifs, il convient de souligner les ressources nettes de 315 Mds mobilisées par l’Etat auprès des partenaires multilatéraux et bilatéraux dans le cadre du financement de ses projets d’investissement. S’agissant les actifs extérieurs nets (AEN) des autres institutions de dépôts, ils sont ressortis à 507,7 Mds en 2017 contre 433,1 Mds en 2016, soit une variation positive de 74,6 Mds. « Cette amélioration de la position extérieure des banques est liée à une augmentation des créances sur les non-résidents et à une contraction des engagements extérieurs », a-t-on appris. Selon cette étude, la variation positive des AEN résulte d’un accroissement des crédits et des titres autres qu’actions et d’une baisse des dépôts des non-résidents  dans les livres des autres institutions de dépôts.

Concernant les avoirs et engagements,  les actifs extérieurs nets de la Banque centrale sont passés de 738,0 Mds en 2016, à 789,0 Mds en 2017, soit une amélioration (compte non tenu des contreparties de réévaluation) de 51 Mds. Ce résultat a enregistré une hausse des engagements extérieurs et d’un accroissement des créances extérieures, en liaison notamment avec le rapatriement des ressources issues de l’emprunt obligataire international effectué au cours du deuxième trimestre 2017.

« Au total, l’excédent du compte financier, élargi aux erreurs et omissions nettes, a permis de couvrir le déficit courant et d’améliorer les avoirs de réserve (au sens strict) à hauteur de 63,8 Mds », précise le document. Evalué suivant l’optique des actifs extérieurs nets du système monétaire, le solde global de la balance des paiements affiche un excédent de 125,6 Mds en 2017 contre 50,2 Mds en 2016. Cet excédent s’est traduit par une amélioration de la position extérieure de la BCEAO  et des avoirs extérieurs nets des autres institutions de dépôts.

 

Zachari BADJI


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here