Autorisation d’exécution et des crédits:Les acteurs à l’école de la  budgétisation

43

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan a organisé une rencontre technique pour former les acteurs des différents  ministères sur  la mise en œuvre des AE/CP.

 Dans le cadre de la mise en œuvre des autorisations d’exécution et des crédits de paiement (AE/CP) des dépenses d’investissement public et des projets en partenariat public-privé, des acteurs de  différents ministères ont pris part, depuis hier, à une rencontre organisée par le Ministère de l’Economie.

Venu présider cette  rencontre, Birima Mangara, Ministre en charge du  Budget, a fait savoir que le renforcement de la fonction financière ministérielle des services en charge de la budgétisation revêt une importance particulière. Car dit-il, la budgétisation en autorisation d’engagement  et des crédits de paiement présente plusieurs avantages, parmi lesquels celui d’avoir une visibilité pour retracer les crédits de paiement échelonnés sur plusieurs années, d’une part, et l’analyse de la soutenabilité budgétaire à travers les autorisations d’engagement, d’autre part.

De même sillage, poursuit le ministre, elle permet de renforcer le rôle des parlementaires en autorisant aussi bien l’engagement de la dépense que le paiement. Cette  rencontre de deux jours se déroule avec le soutien de la mission du  Centre régional d’assistance technique du fonds monétaire international pour l’Afrique de l’Ouest (AFRITAC de l’Ouest).

« Toutes les activités qui seront déroulées par la mission devraient permettre au Sénégal, à l’instar des autres pays membres du centre, d’être au diapason des bonnes pratiques en cours et de maîtriser les nouveaux outils de travail sur la budgétisation en  autorisation d’engagement et des crédits de paiement », a souligné M. Mangara. Et d’ajouter  que c’est une opportunité pour asseoir davantage ces outils afin de permettre une opérationnalisation réussie du budget-programme.

Ce qui a permis à Mme Seynabou Ben Diakhaté, Directrice de la programmation budgétaire, d’expliquer que ces acteurs sont   constitués pour  la plupart  des cadres  des  ministères sectoriels et  ceux du ministère de l’Economie. « Nous allons vers une réforme budgétaire et nous allons basculer en 2020.

C’est pour cela que nous  commençons à former les acteurs », a-t-elle soutenu. Revenant sur le nombre de ministères qui ont pris part à cette rencontre, Mme Diakhaté a précisé  qu’en 2017, la mission AFRITAC a formé 5 ministères. Cette année 6 autres ministères ont participé, ce qui  fait  un total de 11.

« Nous allons compter sur ces 11 pour former les autres ministères », a-t-elle conclu. Pour rappel, l’AFRITAC de l’Ouest est une initiative née en 2002, suite à la demande des Chefs d’Etat  africains réunis au sein du NEPAD, à l’endroit du FMI pour les aider  à renforcer les capacités institutionnelles et humaines de leurs Etats.

  Zachari BADJI

 

 

 


Source : Rewmi.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here