Auchan rafle la clientèle de Kermel, le «marché Toubab» de Dakar

17

Depuis l’ouverture de son premier magasin à Dakar en 2015, la marque française Auchan, spécialisée dans la grande distribution, connait une ascension fulgurante.  Avec ses bas prix qui font le bonheur des consommateurs. Mais ces mêmes prix très concurrentiels créent la polémique et provoque une vague de protestation de la part de plusieurs commerçants de la capitale et des membres de la société civile.

Les commerçants du marché Kermel – connu pour drainer un nombre important de touristes d’où son appellation « marché des Toubabs (blancs)- ne sont pas en reste. Ils prédisent, si rien n’est fait, la mort lente mais certaine du commerce sénégalais.

« Auchan est en train de tuer notre travail. Si rien n’est fait, vous allez voir un nombre incalculable de chômeurs dans les rues d’ici quelques années. Regardez autour de vous, il n’y a quasiment personne. On peut rester une journée entière sans vendre 100 Fcfa », assure Djibril Barry, vendeur de fruits et de légumes dans cet édifice colonial.

Pour lui, tous les clients ont délaissé les marchés locaux pour les magasins d’Auchan. Et la principale raison pour laquelle Auchan les écrase, ce sont les prix favorables que propose l’enseigne française. Une chose que comprend difficilement le sieur Barry, qui confesse : « Il y a des produits, nous les achetons au même endroit et au même prix. Mais ce qui est bizarre, c’est qu’Auchan peut acheter un produit à 500 Fcfa pour le revendre à 400 Fcfa. Je ne comprends pas comment ils font. Mais c’est ce qui tue le métier« , dit-il.

Connu pour être le lieu très fréquenté par des touristes, grâce aux rares fruits de mer et poisson qu’on y trouve (langouste, large gamme de crevette, etc), le marché Kermel n’attire plus assez d’expatriés. Pour Coumba, vendeuse de poissons frais, la raison est simple : Auchan propose tout ce que vous pouvez trouver au marché Kermel, ils n’ont laissé aucun compartiment en rade.

« Nous ne pouvons pas suivre le rythme d’Auchan. Il faut que les autorités réagissent s’ils ne veulent pas que le taux de chômage augmente dans ce pays », renchérit Djibril Barry.

Depuis quelques mois maintenant, les mouvements de protestations contre Auchan se multiplient. La campagne ”Auchan dégage » est même lancée par le Front pour une révolution anti impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP), un mouvement de la société civile. L’enseigne française est accusée de nuire au petit commerce, ou du commerce tout court.

Mais cette pression fera-t-elle fléchir les autorités sénégalaises concernant Auchan surtout dans une économe libérale comme la nôtre ?  Le FRAPP exige du ministre du Commerce qu’il rende public le protocole d’accord liant Auchan à l’Etat du Sénégal. Mais le ministre n’est pas prêt à aller sur ce terrain. Conséquence : le gouvernement est soupçonné de faire des faveurs à Auchan face à la concurrence.

Source : SeneNews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here